AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Appartement de Harry Potter

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Appartement de Harry Potter   Mer 28 Mai - 0:00

suite de : >>Cliquez là<<

Hedwige a écrit:
- Booh! fit-elle dans un sourire.

Retirant ses mains, elle lui fit face en esquissant un léger pas en avant avant de le regarder un bref instant, ce même petit sourire sur ses lèvres.
La même crainte de ne savoir comment agir la prit, mais cette fois cette crainte lui apporta un début d'inspiration.
Finalement, de ses doigts, elle remit les lunettes de Harry correctement sur le nez de ce dernier,avec un fond de tendresse qu'elle ne pouvait masquer. Un peu le même geste qu'il faisait, lui aussi, lorsqu'il la caressait autrefois.


- Tu es trempé... qu'as tu fait encore ? poursuivit-elle, en espérant ne pas trop rapidement mettre ce ton complice en sachant la brusquerie de la révélation, un peu plus tôt.

**********************************************

Harry sursauta violemment, son animae renard l'avait influencé en ce qui concernait la vivacité de réaction et le fait de vouloir se protéger après avoir été surprit. Il finit par se retourner et reconnaître la jeune fille. Il porta une main à son coeur qui battait plus vite à présent.

-Ouf...C'est toi-Il avait remarqué qu'il se tutoyaient maintenant, depuis la révélation d'Hedwige-J'ai eu une de ses peurs...Tu veux me tuer ? Qu'est-ce que je fais mouillé hein ? Euh et bien j'avais soif et...euh...Nan oublie^^

Fit-il en souriant, regardant par -dessus des lunettes rondes qui avaient glissés sur son nez à la manière du vénérable Dumbledore ou de cette charmante Mc Gonagall. Harry fut surprit de sentir la tendresse qui émanait de son invitée lorsqu'elle reposa ses verres correcteurs au bon endroit. Le sorcier sourit sur le coup bien qu'il s'était légèrement raidi; étonné par les gestes de son amie. L'ancien Gryffondor la fit entrer totalement puis laissa entrer Hedwige, l'invitant poliment d'une petite révérence amusé; décidé à entrer dans le jeu de la jeune fille. Une fois sur le palier le Survivant tourna la tête et appela son elfe de maison

-Kreattur ?

Sa voix était amicale. Après tout Harry ne gardait l'elfe que parce que ce dernier ne voulait pas être libérer. Il n'aimait pas cette idée d'esclavage. Depuis que l'ancien Gryffondor avait remit la fausse Horxcure ayant appartenu à sa maîtresse de Kreattur, le petit être agissait différemment. Sa rancune était totalement oublié et il adorait Harry qui lui avait offert ce si précieux médaillon. L'aspect des lieux ainsi que le sien s'en ressentait. L'elfe était toujours très mal vêtu mais propre tout comme l'appartement qu'il entretenait très bien, passant le reste de du temps que Harry lui accordait en haut, au grenier à retrouver les trésor de sa maîtresse. Pour que la créature puisse ranger toute ses affaires, son propriétaire, héritier malgré lui du Terrier avait laissé tout le grenier à sa disposition et il était plutôt vaste

-Bonjour Monsieur Harry Potter, qu'est-ce Kreattur peut faire pour le maître ?


-Je t'ai déjà dit de m'appeler Harry, voyons. Pourrais-tu nous préparer un bon petit plat dont tu as le secret s'il te plaît ? Nous avons une invitée aujourd'hui Kreattur, voici Hedwige. Hedwige, je te présente Kreattur


-Oh bonjour Miss !!! Je vais préparer le repas Monsieur, tout de suite

-Merci. Je vais faire une douche, sous peine d'attraper un rhume. Tu peux visiter si tu veux en attendant, vas-y, n'hésite pas surtout...Et tu pourras aussi te doucher si tu veux.


L'ancien Gryffondor fila sous l'eau chaude qu'il laissa couler avec délice. Il prit une bonne dose de shampoing, prenant un grand plaisir au parfum d'amande (héhé) qu'il dégageait. Harry se laissa aller à un léger soupir mais sortit bientôt afin de ne pas faire attendre son hôte. Le jeune sorcier enfila rapidement des vêtements propres et sobres à la fois, fraîchement lavés par Kreattur. Harry fut heureux de découvrir que la réserve de savon avait été refaite par les bons soins de l'Elfe de maison tellement soigneux. Ce changement était saisissant; lui qui haïssait son maître le dorlotait désormais. Ayant des pauses de ménagées pour aller chérir sa chère madame Black et ses souvenirs; Harry n'étant pas tellement exigeant et lui permettant beaucoup de libertés il était devenu enthousiaste au travail. Il en était venu à se disputer parfois avec le tableau de Madam Black lorsqu'ils étaient au Terrier sur la noblesse de l'ex-Gryffondor. Mais là ils étaient dans l'appartement personne de Harry donc pas de Miss Black à part les objets préférés de Kreattur que le Brun lui permettait d'emporter. Tout cela avait fait que la cuisine infecte, presque empoisonnée de l'Elfe de maison était devenue délicieuse et que ses vêtements étaient toujours propres, repassés sans faux plis ainsi que ses dossiers en ordre parfait.

Harry finit par rejoindre la jeune fille, ignorant ce qu'elle avait fait le temps de sa douche mais il lui faisait confiance. En plus elle lui avait sauvé la vie face à ce chien alors que le garçon était renard. L'enjoignant à s'assoir à table vu que le dîner était prêt le sorcier inclina doucement la tête vers elle, prenant une expression légèrement plus grave mais non moins chaleureuse, juste plus sérieuse.


-Merci Hedwige, sincèrement pour tout à l'heure merci


Il boitait encore un peu mais sans elle cela aurait été pire certainement. Puis il s'assit à sa place en souriant à Kreattur qui ne tarderait pas à apporter les plats.


-Tu peux aller prendre une douche si tu veux, je...je n'ai pas de vêtements féminins, juste un tee-shirt et un pantalon mixte dans le placard si tu le souhaites. Ils ne sont pas très beaux, je les porte en guise de...euh...pyjama pour être plus à l'aise le soir...Ron m'a offert ça pour se moquer de moi à Noël. Ce sont des vêtements de ville mais un peu trop....


Harry rougit, en fait ces habits étaient parfaits, très bien faits mais pas du style de l'ex-Gryffondor; il le mettait en valeur sans être trop sexy mais tout de même....C'était trop quand même pour le timide sorcier qui préférait donc s'en servir pour se sentir plus à l'aise en rentrant chez lui avant de se mettre en pyjama. C'étaient le seul pantalon pouvant être aussi bien portés par une femme qu'un homme...Le tee-shirt était masculin quand à lui; juste trop grand pour Hedwige sûrement mais confortable et puis Harry n'avait pas une si grande carrure, étant toujours en manque de quelques kilos.

-Ils sont propres, ne t'en fais pas. Heureusement je les ai lavé hier...quelle chance. Sinon fouille, n'hésite pas, et prend un pull dans l'armoire si tu en trouves un à ta convenance. Ils sont à moi d'accord mais demain on ira chercher tes affaires...et Kreattur lavera tes habits...Oui on ira chercher ce qu'il te faut à ton appartement si...si tu veux toujours rester bien sûr. Je dormirai dans le canapé ne t'en fais pas


Puis l'ancien Gryffondor se releva et se dirigea vers le salon où il rangea le perchoir de la chouette disparue pendant si longtemps. Harry ferma les rideaux et les volets, de toutes façons la nuit était bien avancée. Il espérait que son invitée ne s'offusquerait pas de devoir porter ses habits et de dormir dans son lit, même si le tout était propre...C'était quand même gênant; à cette attitude on devinait que Ginny avait peut-être habitée là mais juste de jour...Certainement pas la nuit. D'ailleurs il n'y avait aucune trace d'elle ici et Harry en était presque soulagé. Hedwige plus discrète ne lui paraissait pas du tout envahissante au contraire, il était très heureux de l'accueillir ici; ce qui expliquait qu'il se pliait en 4 et voulait tout faire pour son confort afin qu'elle reste. Pourquoi ? Il ne savait pas. Toujours est-il qu'il y avait une certitude: sa "chouette" était vraiment très très jolie. Harry finit par se remettre sur sa chais, il avait deviné depuis un moment qu'il y avait anguille sous roche. Il regarda alors son amie avec tendresse pour la rassurer et lui dire qu'elle pouvait se confier

-Hedwige...Sache que personne n'est resté ici pour une seule nuit; même pas Ron. Alors j'aimerais qu'il y ait de la franchise entre nous. Je sens que tu as eu plus d'expériences qu'une simple vie de chouette, aussi intelligente soit-elle. Je ne veux pas te forcer, je sais que ton silence n'est pas fait pour blesser ou mentir; que tu as eu mal sans doute. Je ne peux pas deviner quoi mais j'aimerais que tu me racontes ton histoire. Je ne sais pas à quoi m'attendre mais je serais là pour t'aider, je te promets de ne pas t'abandonner. Aussi j'aimerais beaucoup connaître la vérité, mais encore une fois même si je préfère ça...Je ne te force pas ni ne te juges

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Mer 28 Mai - 1:27

Au sursaut de Harry, Hedwige s'interrogea sur son initative. Etait-ce vraiment conseillé après une telle course poursuite ? xD
Il semblait déjà assez fatigué et elle aussi pour tout dire, d'ailleurs elle ne savait pas d'où lui venait cette réaction pour le moins enfantine. Elle ne s'était jamais conduit comme tel... sauf... sauf avec Harry.
Il était comme une essence plongeant dans son âme pour faire ressugir en elle des valeurs enfouies pour les autres... s'il s'était confié auprés d'elle tout ce temps, elle était prête à en faire de même pour lui... elle le réalisa très vite, devant son regard émeraude encore un peu surprit mais voilé d'une petite lueur, qui n'était pas encore présente dans cette ruelle un peu plus tôt.

Elle détailla ainsi ses iris, se plongeant dans ce paradis où elle en ressortait rêveuse et pleine d'espoir malgré elle; lui esquissant un léger sourire lointain.


- Te tuer, loin de moi cette idée... fit-elle à mi-voix.

Il lui fallut un long moment pour réaliser qu'elle le tutoyait depuis, à peu prés, le début de leur rencontre. Etant donné qu'Harry venait de la tutoyer directement..
Et qu'elle venait de le réaliser vraiment, perdue dans son regard tellement envoutant. Son sourire se mua en un léger amusement aux paroles du sorcier. Il avait soif...


- Tu as essayé de boire dans le lac ? xD

Elle était étonnée de sa propre attitude. Depuis qu'elle était sur le perron, elle n'était plus tout à fait la même. Comme s'il était tout à fait naturel pour eux deux d'agir de la sorte, qu'ils étaient de très vieux amis content de leur retrouvaille...
Mais n'était-ce pas après tout la verité ? Même si un des amis était plus mystérieux que l'autre... voilà tout...
Elle sembla remarquer le léger trouble de Harry etrracha aussitôt son regard du sien, comme coupable de l'embarasser légèrement.
Elle-même n'osait croire à son propre geste. Il lui était de plus en plus difficile de ne pas montrer à Harry combien elle pouvait l'apprécier... ce nouveau corps ne pouvait démontrer la même affection que l'ancien...

Elle ne pouvait plus se blottir à son épaule, ni lui mordiller l'oreille... Ce nouveau corps donnait de nombreuses autres dimensions aux moindres de ces gestes et... elle ne voulait en rien autant presser Harry.
Elle connaissait, mieux que personne, pour affirmer qu'il avait besoin de temps... de temps, de douceur.
Et elle allait faire de son mieux pour lui fournir tout cela autant que possible. Elle ne voulait nullement le décevoir... elle voulait lui montrer qu'elle pouvait être aussi capable dans ce corps, cette verité là.

D'ailleurs, Harry semblait vouloir s'adapter lui aussi. Il l'invia à rentrer avec une petite réverence qui la fit sourire. Dire qu'auparavant, ses sourires étaient aussi rares et éphemères que les flocons de neige... comme ses cheveux.
Cheveux blancs, cheveux noirs, songea-t-elle en franchissant l'embrasure de la porte; pénetrant dans l'univers de Harry.
Même si la pièce semblait un peu vide, comme si quelqu'un était venu vider progressivement l'endroit de ses meubles et de sa présence, elle perçue aussitôt le genre de foyer qu'Harry pouvait ensoleiller de sa présence...


Comment... Oui, comment avait-elle pu vivre sans lui... ?Telle était la question qu'elle se posait alors qu'Harry appelait Kreattur, qu'elle regarda sans vraiment le voir.
Elle lui adressa un reflet de sourire, mais tout était à l'interieur, avec ce trouble grandissant.
Son sourire, ses yeux, son doux parfum... tout lui était indispensable, comme le soleil à la fleur et à la terre...
Il était sa lueur d'espoir... Elle parvint néanmoins à saisir l'instant pour se remettre dans la conversation.


- Enchantée Kreattur.. J'ai eu quelques occasions de te croiser... fit-elle avec un petit signe de la main comme affection lointaine.

Elle le regarda s'éloigner un instant, avant de soudainement river son regard vers Harry qui avait reprit le fil de la discussion. Elle assimila les informations avec un petit sourire, acquiescant à la fin, sans même tout à fait s'inquiéter de ses occupations si Harry venait à s'eclipser.
L'important était d'une part qu'Harry ne prenne pas froid xDt que d'autre part... elle connaisse quelque peu les lieux.
Elle laissa d'abord promener son regard, timidement, sur les alentours.
Pas la suite, elle osa quelques pas dans la pièce.
Etant donné qu'Harry était absent, elle se dirigea finalement vers les pièces intermediaire, apprennant lentement les lieux, comme si elle absorbait les mots d'un livre pour mieux s'en imprégner.
Elle n'osait rien toucher, à peine frôler du bout des doigts les murs, essayant d'y lire les souvenirs. Elle devinait une présence passée, ici, autre que Harry...
Mais cette présence était partie, sans aucune autre trace de son passage. Peut-être était-ce pour cela qu'Harry semblait un peu seul.
Elle ne savait et n'osait intérpréter les raisons de son invitation perpétuelle. Après tout, là n'était pas le problème pas vrai ? Bien au contraire... Elle voulait vivre, vivre ce sentiment sans s'inquiéter.

Tout ce qu'elle pouvait sentir, voir, toucher, elle voulait les garder à jamais dans son coeur, apprendre les moindres contours... En garder la saveur, avec une promesse illusoire d'éternité.

Lorsque Harry revint auprès d'elle, elle ne s'attendit pas à son retour immédiat et fut légèrement surprise de se retrouver plus ou moins nez-à-nez avec lui en se retournant.
L'expression de gravité qu'affichait Harry l'impressionnait étrangement. Elle le fixait avec un silence religieux, attendant visiblement à ce que chaque mot doit être rare et précieux...
Son instinct ne l'avait pas trompé. Oui, combien ils étaient rares et précieux... surtout ce dernier : merci.
Il la remerciait... même si son coeur battait la chamade et faisait trembler légèrement ses mains, elle parvint à dire, le ton curieusement saccadé :


- Oh, ce... ce n'est rien... vraiment...

Ces piètres mots furent accompagnés d'une tentative de sourire afin de tapisser un peu le vide xD
Il la fixait avec un tel sérieux, ses yeux ne purent s'empêcher de dériver de nouveau vers les iris qui la captivaient tant...
Il avait ce doux parfum sur lui... non, ne pas penser, ne pas craquer. Elle devait savoir enfouir tout cela au fond d'elle... Elle avait atten six ans, elle pouvait bien attendre encore un peu... même si c'était un peu plus difficile à chaque seconde.
Par la suite, Harry enchaîna en organisant selon ses avis la manière dont elle pourrait s'installer ici... S'installer ici...
Son coeur frémissait presque à ces quelques mots.
Son petit sourire se mua en un sourire plus adoucit et plus sincère.


- C'est... C'est parfait, Harry... affirma-t-elle, la voix légèrement nouée.

Une étincelle de bonheur se reflétait dans ses iris pâles; à peine perceptible. Son sourire prit en revanche une dimension plus parallèle à la mention de son propre appartement. Il n'y aura pas beaucoup d'affaires à récuperer dans ce cas là... Hedwige n'avaitjusque là eu aucun repère si ce n'est Harry; par conséquent, elle n'avait quasiment aucunes affaires personnelles... si ce n'est sa baguette, bien sur, un lainage, son uniforme...
Elle prit une inspiration, comme pour chasser des rougeurs quelconques.


- Tu sais... Je ne veux pas t'encombrer.. Harry... auta-t-elle, une pointe d'inquiétude dans la voix.

Il s'éloignait, empoignant une cage désormais inutile, et elle eut une drôle d'impression en voyant cette cage s'éloigner.
Elle ne sera plus jamais dedans... elle était.. libre.
Ou presque. Ses secrets l'enchaînaient encore spirtuellement à cette cage... et le poids des non-confessions la clouera toujours au sol.
Harry semblait avoir entendu ses pensées. Après avoir fermé les sources lumineuses devenues inutiles, il retourna auprès d'elle, s'assit sur une chaise, avant de la couver d'un regard étrangement tendre, un petit moment.

Elle se laissa glisser sur une chaise à son tour, de toute manière ses jambes s'étaient mise à trembler et elle n'aurait pas tenu debout très longtemps, face aux paroles de Harry.
Elle glissa lentement une main dans ses cheveux clairs, sans dériver son regard de Harry, mais son apparence démontrait clairement un air soucieux. Elle resta silencieuse jusqu'à ce qu'il achève ses paroles bienveillantes. Le silence retomba, tel une nuée de poussière, presque lourd.

Elle bai légèrement les yeux vers la table, figeant sa main dans sa chevelure claire, avant de pousser un soupir et une exclamation à la fois.


- Oh... je...

Elle se mordilla un bref instant la lèvre inferieure. Son coeur menait une lutte acharnée contre son sang qui, lui, se figeait lentement.
Elle était face à une impasse, et avait deux choix : reculer... ou franchir ce mur.
Elle leva lentement ses iris dans ceux de Harry. Un instant, elle regarda ces yeux émeraudes, emplis de douceur et de compréhension.
Elle était donc la première à passer une nuit chez Harry...
Cette pensée, cet écho réveilla en elle les vieux démons constamment refoulés de la quintessence de son âme.
Sa main quitta lentement ses mèches clairs pour se reposer sur la table.
Elle déglutit légèrement. Elle s'apprêtait à franchir la montagne la plus gigantesque de toute sa vie... Et cherchait surtout avec désespoir les mots à ses maux.


- Harry... Il faut que tu sache...

Elle se détacha quelque peu de l'appui qu'elle avait prit sur la table, se tenant aussi droite qu'elle le pu. Mais sa tête était légèrement baissée, comme si elle voulait se montrer humble, et même honteuse des révelations qu'elle s'apprêtait à lui faire.

- Si.. Si je n'ai rien dit... pendant toutes ces années... c'est pour une raison...

Elle s'arrêta un instant, peu satisfaite de sa prestation. Elle se corrigea, sans vraiment oser le regarder dans les yeux te fois :

- Ou plutôt... Non, je n'ai pas d'excuse. Tu sais... j'ai toujours aimé le nom que tu m'as donné...

Un sourire las parsema ses lèvres un bref instant.

- ... J'ai préferé le garder, pour couvrir de son innocence le Mal que mon véritable nom peut cacher...

Sa voix s'éteignit un instant dans sa gorge. Tout lui dire, tout avouer, il en avait le droit, et c'était son devoir. Elle ne voulait plus mentir, ni trahir, ni fuir. Elle voulait se montrer... Comment avait-il dit déjà ?
Courageuse.


- On ne choisit pas toujours sa famille... reprit-elle à mi-voix. Et c'est avant tout parce que je suis née avec ce nom là que j'ai du me... me cacher. Cela a commencé dés ma naissance... La menace était probable partout... je ne savais plus quoi faire lorsque mes derniers protecteurs furent tués et...

Elle inspira légèrement, essayant tant bien que mal de venr au but. C'était très dur. Les mots étaient cruels, comme des lames tranchantes qui lui arrachaient les cordes vocales. Mais elle se forçait.

- Je n'avais que ce moyen là... devenir animagus... disparaitre des mémoires... je n'ai aucuns repères, aucuns papier. Je n'existe pour personne... Sauf... Sauf pour toi...

Elle refoulait bel et bien les larmes montantes. Mais elle poursuivait. Encore, c'était son devoir. Elle devait le faire. Elle continua.

- Je suis... pas tout à fait normale tu sais... Je veux dire... pas tout à fait... humaine...

Elle empoigna une de ses mèches blanches, qu'elle souleva presque avec une rage contenue. Inclinant légèrement la tête, la courbe de son cou révela la trace ancienne de deux canines plantées dans sa chair.

- Mais... Je ne le suis que les nuits de pleine lune... Un peu comme les loups garou... tu vois... Je veux dire... tout ne s'est pas très bien passé... quelqu'un animé de mauvaises intentions a fait quelque chose qui a comme... comme dechiré mon âme en deux... c'est comme une malédiction... dés que la lune forme un cercle, je suis plus moi-même... Je deviens Elle... C'est Elle a vampire... pas moi... J'ignore pourquoi... Et je ne tiens pas à le savoir mais ce que je veux dire, c'est que...

Sa voix fit un blocus.

- Harry...

Cette fois, son regard croisa le sien.
Ses reflets émeraudes. Le paradis. L'espoir. Son univers. Le sien.


- Je m'appelle Jedusor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Mer 28 Mai - 2:13

-M'encombrer ?-Il eut un rire léger, remarquant qu'avec Hedwige il avait plus sourit en deux heures qu'en plusieurs semaines-Tu sais, j'ai déjà assez de problèmes, alors quand j'en ai un, je ne l'invite pas à franchir le seuil de ma porte, j'aurais plus tendance à le jeter dehors, Rassure-toi, tu ne m'encombres pas du tout


Chose étrange, le sorcier se sentait très bien avec la jeune fille, il avait envie qu'elle reste là, à ses côtés. Sans spécialement chercher trop loin pour l'instant mais...Sa présence lui avait manqué et maintenant que le Survivant la savait humaine, cela apparaissait comme...Comme un miracle contrairement à ce que l'on aurait pu croire; or personne ne veut laisser fuir un miracle n'est-ce pas ? L'ancien Gryffondor s'assit sur une chaise en face de son invitée qui ne semblait pas décidé à la douche finalement. Le repas mijotait doucement maintenant, bientôt il serait temps de se régaler et le parfum embaumant l'air ne laissait aucun doute sur le délice que Kreattur préparait. Pendant c temps les yeux rivés dans les siens, Hedwige semblait réfléchir à sa proposition. Sincèrement, le Brun n'aurait pas cru qu'elle fasse ses révélations maintenant. Dès les premiers mots le sorcier se raidit, attentif. La menace...Son nom...Ses protecteurs morts, cela ressemblait à sa propre histoire. Mais son nom aussi célèbre que le sien semblait-il l'était dans le sens contraire: il attisait haine et non admiration.

Harry inclina légèrement la tête vers elle, l'Auror devinait maintenant que plusieurs révélations allaient suivre leur cours et pas des moins grave. Il délaissa l'Elfe de maison qui s'agitait dans les fourneaux et les poussait gentiment de temps en temps pour placer le couvert. D'un signe de tête doux mais ferme l'ancien Gryffondor fit signe au petit être de ne plus se déranger pour la vaiselle à mettre et de s'occuper exclusivement du plat, manière implicite de lui dire que ce qui allait être révélé ne le regardait pas. Nullement offusqué ni intéressé par ces histoires d'humain Kreattur s'exécuta de bonne grâce; ce qui aurait été impensable il y a encore deux ans.

- Mais... Je ne le suis que les nuits de pleine lune... Un peu comme les loups garou... tu vois... Je veux dire... tout ne s'est pas très bien passé... quelqu'un animé de mauvaises intentions a fait quelque chose qui a comme... comme dechiré mon âme en deux... c'est comme une malédiction... dés que la lune forme un cercle, je suis plus moi-même... Je deviens Elle... C'est Elle a vampire... pas moi... J'ignore pourquoi... Et je ne tiens pas à le savoir mais ce que je veux dire, c'est que...

-Oh ça-fit-il en souriant malgré la surprise-ça ne fait rien, j'ai un très bon ami Loup-Garou, ce n'est pas un monstre et toi non plus. Il doit exister une potion pour rendre ton ...euh...double ? Plus docile, un peu comme le tue-loup sûrement. Tu sais c'est l'un des hommes les plus exeptionnels qu'il soit alors je ne le juge pas par rapport à ça et ce n'est pas aujourd'hu ique je vais commencer

Cependant le sorcier devina une suite encore plus pénible question révélations. Il redressa légèrement son menton pour mieux la regarder et enleva le coude nonchalemment posé sur la table puis la fixa avec douceur mais fermeté pour l'inciter à continuer...Se confier lui ferait du bien

- Je m'appelle Jedusor.

Les yeux de Harry s'étrécirent à deux fentes tandis que sa chaise glissait sous l'impulsion qu'il lui avait donné pour se lever d'un coup. Les images tourbillonaient en lui, le ramenant au cimetière ou Cédric avait été tué, au moment où Sirius avait disparu sous le voile, la renaissance de ce monstre; le petit journal intime maudit et le basilic, les cris de sa mère, la lumière verte...Mais elle ? Ses yeux étaient d'or et non rouges comme le sang. Elle s'était cachée de Voldemort en devenant animagus pour cette raison, elle avait porté ses lettres sans défauts, sans trahisons et l'avait même sauvé tout à l'heure d'un chien furieux...L'ancien Gryffondor se rassit, le coeur battant la chamade, mais la chaise avait glissé tout à l'heure, aussi se cassa-t-il la figure par terre, de façon royale, il faillit même emporter la nappe et les deux assiettes avec. Toujours en vrac sur le sol, les lunettes de travers le Survivant regarda Hedwige en attendant de prendre sa décision bien qu'au fond elle le soit déjà. Il leva un doigt dans l'optique de dire quelque chose, ferma la bouche et la rouvrit sans qu'un son n'en sorte avant d'enfin retrouver sa voix après quelques minutes.

-J'avoue que je suis choqué...Il laissa un petit silence planer-Choqué d'apprendre que Voldemort ait pu faire quelque chose de bien ....

Si ce type avait donné la vie, encore que cela paraissait impossible à Harry, ce serait quelqu'un du type de Drago, voir pire l'ancien Gryffondor en était certain...Mais non, c'était elle, étrange chouette des neiges qui n'en était pas une en fin de compte, à moitié vampire sans l'etre totalement non plus et sans être une parfaite Jedusor...Elle n'en portait que le nom. Reprenant appuis sur la table le sorcier se redressa, se remit sur sa chaise et remit ses lunettes en place avant de poser une main sur celle d'Hedwige, son coeur tremblant encore à cette nouvelle bien sûr mais son esprit bien décidé sur son avis.

-Comme tu l'as dis, on ne choisis pas sa famille...Tu n'es pas ton père Hedwige, tu as prouvé que tu étais même tout le contraire, tu as su échapper à ce qu'il a sûrement essayé de faire de toi. Tu n'es pas un monstre, et rien de ce que ce sale type à fait n'est de ta faute. Si tu savais, tu m'as sauvé de la folie chez eux...Les Dursleys, tu as toujours été là, même ce soir avec le chien. Tu es vraiment quelqu'un de bien, je le pense autant sinon plus que tout à l'heure...Par Merlin, jamais je n'aurais imaginer Voldemort faire un truc bien dans sa vie...Une fille comme toi.

Bien que Harry se refuse à imaginer la scène de conception qui lui paraissait dégoûtante-Voldemort en train de faire hum hum vous voyez quoi...Nan mais imaginez ! Même en Jedusor avant sa transformation en Serpent Attitude ce devait être horrible, BEURK-il trouvait cette histoire merveilleuse. Pas dans le sens jolie car la vie d'Hedwige avait dû être très dure mais...Elle avait tourné le dos à une voie toute tracée! Cela donnait encore moins d'excuses à Drago dont le père le "forçait" apparemment. Hedwige avait eu le courage de refuser !

-Tout ça en un soir, Wahou, j'admets que...

Il se tu, un sourire un peu étrange mais sincère scindant ses lèvres fines; Kreattur leur fit signe que le repas était prêt et Harry hocha la tête avec enthousiasme. Le petit être s'approcha et remit la table bien en place, ainsi que la nappe que Harry avait dérangé dans sa chute puis apporta les plats. Avec appétit Harry lorgna ses spaghettis à la Carbonara avant de regarder Hedwige d'une façon nouvelle. Pas de la pitié car lui-même avait horreur de cela mais une certaine admiration car sa vie avait dûe être horrible. Bon sang ! En chouette elle était belle, mais en humaine...Magnifique et son caractère tantôt fillette, tantôt de vieillarde expérimenté qui a tout vu ne faisait qu'augmenter ce sentiment. Harry se sentit fusionnel avec elle, elle lui ressemblait: même besoin de tendresse, d'être cru, d'être aimé ou Haït pour soi et non un patronyme...Le Survivant avait très vite accepté l'information car il ne pouvait en être autrement devant une personne aussi pure que ses cheveux de neige...Harry n'était jamais tombé amoureux ? C'était bien ça son dernier constat remontant à 1 heure en ouvrant la porte de son appartement trop vide ? Mouais et bien il fallait peut-être envisager de changer de prognostic...Coup de foudre c'est comme ça qu'on appelle ça ? Enfin ils se connaissaient depuis sept ans quand même, même si c'était particulier mais bon. Harry laissa la main de Hedwige libre puis lui sourit, l'invitant à manger, tout simplement.

-Bon appétit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Mer 28 Mai - 3:36

L'inquiètude permanente chez Hedwige s'envola aussitôt aux paroles de Harry, comme un oiseau insousciant pressé de rejoindre le pays baigné de soleil. Le tout aux quelques mots prononcés par Harry, d'une conception tout à fait logique cependant elle avait eu besoin de les entendre.

Elle lui esquissa un petit sourire en guise de réponse, alors qu'elle aurait plutôt voulu prononcer un "merci"...
Très vite, la douce odeur de nourriture parvint à ses narines, ravivant une autre verité qui se soulevait à son ventre douloureux.
Mais il lui restait encore le plus gros pas à esquisser... non, mieux à faire... à faire clairement.
De toute manière, jamais elle ne pourra vivre avec ça sur la conscience. Autant se lancer sur le coup, et ne pas douter de Harry... Ne pas douter de Lui. Jamais.

Lui qui, quelque seconde, avait un air très doux, semblait progressivement se raidir devant une telle introduction. Elle aurait sans doute du se résumer à quelques mots simples... mais elle ne pouvait pas laisser les choses comme cela, sans explications, sans avant ni après.
Plus les mots la meurtrissait et plus le poids sur son coeur s'allégeait... à tel point que l'organe, sans cesse sous pression à tel point qu'il donnait la sensation d'imploser, se mit à battre avec une légereté hors du commun.

Pourtant... il devrait battre la chamade. Il devrait battre comme jamais il n'a battu de sa vie.
Sa gorge était serrée au point de lui faire mal.
Et même si Harry sesait sur Remus comme exemple, elle n'était nullement rassurée. Ses mains tremblaient légèrement. C'était si dur d'expliquer... et elle n'y parviendra pas maintenant...
Non, maintenant, elle devait tout lui dire... tout... par petits bouts... sans beaucoup de détails, mais elle devait englober l'ensemble du problème... de la situation... lui présenter les principaux points de son identité...
Elle avait peur. Tellement peur de le perdre, à chaque mot prononcé. C'était une sensation terrible, comme si elle se résignait à lui dire adieu pour toujours. Ces mots lui faisaient aussi mal.

Elle ne parvint guère à répondre à ses bonnes paroles. Si elle s'y attardait, elle contournerait encore le principal...
Or, c'était le point le plus important à n'omettre sous aucun pretexte... IL fallait qu'il sache à qui il avait affaire...

Lréaction ne se fit pas attendre. Avait-elle seulement dit ça ? Avait-elle bel et bien prononcé ces mots ? Jedusor... Elle ne savait plus. A vrai dire, le temps semblait se figer dans un sommeil de glace, aussi froid que le sang dans ses veines. Même son propre coeur battait si lentement qu'il semblait être mort lui aussi...
Tout était mort... immobile... silence...

Le raclement d'une chaise lui parvint difficilement. Car ce qui la frappa le plus, ce fut Son regard. Ces iris qui se teintèrent d'une horreur absolue. Lueur verdoyante, comme le sort mortel qui avait frappé sa vie d'une même malédiction... lui aussi...
Horreur, souvenirs, et rancoeurs. Rancoeurs...

Quand on détachait ce mot, il pouvait avoir un sens particulièrement aigre. Rance, pourriture, moisissure... Coeur. Les moisissures du coeur, ou autre chose. Quelque chose dans les sentiments qui tombent en miettes, ou plutît en déchets... Oui, en déchets. On éprouve des déchets pour quelqu'un. C'était drôle, à mieux y songer.

Mais elle ne riait pas. Elle venait de se taire, réalisant qu'elle venait de frapper avec sa verité et ses bons sens de l'honneur... maintenant, elle allait Le perdre. C'était certain. C'était fini...
Le bruit sourd de la chaise qui tombe l'arracha de cette spirale figée pour la ramener de force dans le temps réel, avec son temps qui court. Elle sursaute. Son coeur palpite avec une intensité hors du commun, presque suppliant et rempli de détresse.
Elle ne voudrait plus voir ce regard, et pourtant, elle ne peut plus détourner le sien.

Et pourtant... pourtant.. encore une autre opposition, bien que cette fois là... jamais elle ne l'eut autant bénnie.
Le regard de Harry se voila d'une lueur indéchiffrable, effaçant progressivement rancoeurs et peines.
Elle venait de lui infliger l'équivalent d'un coup de massue. Il voulu s'asseoir, oublia la position actuelle de la chaise et tomba à la renverse. La vaisselle frôla destruction, mais rien, rien n'était plus terrible que cet étau qui comprimait son coeur au point de le faire éclater.
Elle s'interdisait même de respirer. Chaque mot... chaque geste, chaque regard ou frémissement pouvait déterminer l'attitude qu'Harry lui portera désormais.
Mais jamais elle n'aurait cru que le chemin prenne une tournure aussi douce et clémente. Comme si un vent délicat venait balayer toutes les immondices du moment.

Après l'experience la plus terrible jamais vécue, une sorte de consolation... consolation éternelle.
Mais ceci, elle ne le su guère sur le moment.
Choqué... oui, il l'était... à moitié assommé par la force des mots. Hedwige serra sa propre main dans l'autre avec une telle force angoissée qu'elle manqua de la broyer.
Son geste glissa aussitôt, dérapa et retomba sur son genoux, interte. Ce fut à son tour d'être frappée par quelque chose de particulièrement fort.

"Choqué d'apprendre que Voldemort ait pu faire quelque chose de bien .... "

Au début, elle ne comprit pas. Il lui fallut un temps interminable pour que les rouages de son cerveau engourdit par la terreur ne se remette en marche et désigne la situation sous un angle plus que troublant; tellement qu'elle refusait même d'y penser.
Harry remettait ses lunettes. Il avait les mains toutes aussi tremblantes que les siennes. Mais il savait ce qu'il disait. Il avait une capacité incroyable à encaisser et à en répondre selon ses émotions.
Elle crut que son coeur allait lâcher pour de bon en sentant la main de Harry trouver refuge sur la sienne. Ce contact la faisait mourir à petits feux, tout se mélangeait dans sa tête.
Ce contact ne signifiait pas répulsion. Bien au contraire... Ce contact signifiait attirance.
Elle inspira à plusieurs repris, cherchant un air qui ne venait pas. Son regard légèrement écarquillé était plongé dans celui de Harry, qui parvenait à rendre sa vie tellement merveilleuse qu'elle était forcement irréelle.

"Tu n'es pas ton père Hedwige..."

Une autre voix se superposa à celle de Harry, plus glaciale, cruelle et amère. Voix féminine.

"Voyez vous, vous avez fait la chose que vous craignez le plus... Devenir comme votre père."

Cette voix s'évanouie, et celle d'Harry lui succéda, plus rte, plus chaleureuse, plus présente... Sa flamme était si réelle qu'elle pouvait même s'y brûler si elle le voulait... Il lui suffisait de tendre la main...

"Par Merlin, jamais je n'aurais imaginer Voldemort faire un truc bien dans sa vie...Une fille comme toi."

La vision du monde devint soudain opaque, trouble, et l'Espoir en lui-même se découla lentement de la prison de son regard pour glisser le long de sa joue et mourir à la comissure de ses lèvres. Son autre joue barrée de la même manière, ces nombreuses larmes loin d'être amères et loin du flot envieux d'une quelconque détresse... une des perles cristallines s'égara sur les deux mains liées.
La sienne tremblait sous celle de Harry. La chaleur de sa main remontait lentement à s poignet, puis le long de son bras... lentement, cette chaleur se propageait dans son corps, son coeur... Lui insufflant un souffle nouveau...


* Une fille comme moi... Ça ne rêve pas plus qu'on ne doit, mais dans un verre d'eau, ça se noie... C'est comme ça,
Une fille comme moi... *


Les yeux de Harry devenait deux étendues confuses et émeraudes. Merlin, que son regard était intense...
Son existence n'était pas un mal seloon lui... mais donc une bénediction... ?

Les doigts de Hedwige, après un long moment de silence, se refermèrent lentement autour de la main de Harry.
Elle a des mots maladroits, va savoir pourquoi...
Mais elle a le coeur au bon endroit, c'est comme ça, une fille comme elle ?
Et puis surtout, ce sourire naissant au creux de cette larme égarée. Les yeux voilés mais le sourire dévoilé... Et les nuages s'estompèrent à jamais de sa vie.

Cela se déroula si vite... avaient-ils seulement existé, ces nuages ? Elle venait à se le demander... Fallait choisir une route, alors elle avait choisi la pluie... Acide à s'en brûler le coeur, pourvu que plânaient leurs esprits...

Rien ne déserrera leurs mains, rien n'éteindra l'éphémère...
Ils forceront leurs destins, Ils perceront les mystères...
Harry lui confia sa vertigineuse impression, avec un sourire qui liquifia lentement ses organes. Elle ressera l'étreinte de leurs mains, voulant y croire, y croire toujours...

Il y avait les lois de l'empire, et les trous noirs dans sa mémoire... Il y avait le meilleur et puis le pire...tout cela, au milieu de leur trajectoire...
Rien ne déserrera leurs mains, rien n'éteindra l'éphémère...
Ils forceront, ils forcerons le destin, ils perceront les mystères... Rien ne déserrera ces poings, l'univers... L'univers. Ils retrouveront leurs chemins, leurs idées, et puis l'univers...
Parce que désormais, tout était fini... plus aucune crainte ne venait troubler la quintessence de son âme, au bout de ses doigts.
Harry disait : elle était quelqu'un de bien.
Kreattur semblait revenir, mais la jeune fille était si légère... elle n'avait plus aucun poids à supporter. Il le savait, il savait tout. Et malgré cela...
Oui, malgré cela... Il semblait presque heureux de sa présence, malgré les circonstances l'ayant précedé...


* Combien tu vends ta liberté, dis ? Combien tu vends ta poesie ? Moi j'ai même vendu mon âme au Diable, pour ton sourire... *

Elle glissa sa main libre sur son visage, effaçant les larmes encore présentes sur son visage. L'émotion bordait le contour de ses yeux, et ses yeux ambrés paraissaient bien terne autrefois comparé à la légère lueur qui les animaient en ce moment même...
Mais son sourire ne mourait pas. Il ne mourra jamais, pas comme ces larmes sur le tissu ou leurs mains liées. Non, ce sourire sera éternel tant que celui de Harry perdurera...
Il y avait son sourire qui s'élèvait, c'était comme une lueur d'espoir...

Finalement, leurs mains se détachèrent avec lenteur. La sienne était encore toute tremblante, comme légèrement étourdie de l'experience qu'elle avait vécue.
Et lorsque ce contact se brisa, sa voix sembla enfin revenir au creux de sa gorge... Mais cette fois, les mots lui manquaient. Que pouvait-elle bien dire en cet instant... ?
Un petit mot, le plus logique possible.... mais il paraissait tellement fade dit ainsi...


- Merci... murmura-t-elle d'une voix faible mais remplie d'une gratitude vacillante et certaine à la fois.

Manger... après de telles émotions... mais de telles émotions justemment lui avaient creusé le ventre à tel point qu'elle ne serait pas étonnée de découvrir une plaie béante à la place du nombril xD
C'est pour cela que, tout en se munissant des couverts nécessaires, elle avala avec appetit une fourchette de spaghettis dont l'ensemble lui parue comme un arrière goût de paradis...

Il fallait se méfier avec le paradis... car on pouvait s'éprendre de l'ange...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Mer 28 Mai - 17:51

Il ne parla pas beaucoup pendant le dîner. Son regard restait amical pour rassurer Hedwige mais il avait quand même besoin de digérer tout ça aussi. Le jeune Auror resta donc calme bien que toujours accessible pour son amie. Le sorcier finit son plat avec appétit, Kreattur était vraiment doué en cuisine, surtout pour les pâtes à la carbonara. En attendant le dessert même s'il n'avait lus très fin l'Ex-Gryffondor se plongea dans le vague. Rêveries sans queue ni tête mais nécessaires pour retrouver son calme. Harry avait le don d'encaisser et d'accepter mais cela nécessitait ensuite un temps d'adaptation. Le Survivant s'en voulait de ne pas redescendre sur terre mais il avait tellement besoin de ce moment de tranquillité. Indiquant du regard à Hedwige que sa présence ne le dérangeait pas du tout cependant le garçon ne lui parlait pas spécialement. Lui laissant à elle aussi le temps pour se reprendre.

C'était également la fatigue qui poussait le Brun à ne pas parler. Les événements de la journée, son récent statut d'animagus et l'énergie utilisée pour le devenir pesaient encore sur ses épaules. Qui plus est l'Auror était resté longtemps n renard aujourd'hui et avait fait une bonne trotte malgré tout. Ses paupières lui semblaient lourdes et le dessert lui faisait moins envie du coup. Il avait envie de regagner sa chambre...Harry aimait beaucoup sa conception. L'appartement était simple mais bien agencé surtout dans la chambre. Le plafond était descendant , juste en dessous du toit à vrai dire. Et au-dessus du grand lit une fenêtre avait été mise en place; de là on pouvait, allongé dessus regarder les étoiles...Ou fermer le volet peu importe. Toujours est-il que Harry pouvait rester des heures comme ça, couché sur le dos à regarder la lune à travers cette vitre transparente, si transparente qu'on avait l'impression de pouvoir toucher les astres nocturnes....Transparence...Couleur de l'espoir pour y dessiner ce que l'on veut avait-il dit tout à l'heure.

Mais la chambre était octroyé à Hedwige cette nuit. La jeune femme courageuse en avait sûrement encore plus besoin que lui et puis c'était l'invité. Le sorcier avait été clair, son regard exprimant la détermination lorsqu'il lui avait dit plus tôt aller dormir dans le canapé. Quand ses yeux avaient cette lueur il était impossible de lui faire changer d'avis. Le Survivant était communément ce que l'on appelle une tête de mule, ce qui comme animal lui aurait aussi bien convenu que le renard d'ailleurs. Résistant finalement à la somnolence, aggravée par le long repas l'ex-Gryffondor sourit à Hedwige, il espérait que son silence ne faisait pas de lui quelqu'un d'impoli.


-Et sinon...Tu as un travail ? Si oui et que tu veux continuer je t'accompagnerai demain matin si tu veux


Demanda-t-il avec douceur. Harry était prêt à l'y accompagner bien sûr, se demandant si la jeune fille voulait l'abandonner ou le continuer. Mais il y avait aussi plus important à régler

-Hedwige-fit-il avec sérieux- Je peux ne révéler ta présence à personne si tu le souhaites, je sais garder un secret...Mais je ne sais pas si c'est le bon choix. Si tu préfères je peux te présenter à Ron et Hermione comme quelqu'un de confiance. Ils ne te demanderont rien sur ton histoire si je leur dis que tu n'aies pas prête à leur raconter tu sais. Et puis de toutes façons ils t'accepteront quand même, même si un jour tu décides de tout leur dire. Mais ce n'est pas forcé...Je ne leur ai pas dit que je suis Animagus depuis 1 semaine environ, ils n'ont rien su de ce projet dans lequel je m'étais lancé il y a plusieurs mois...C'est ainsi, la confiance peut régner même s'il y a certains secrets qui sont gardés. Ce qui doivent être révélés le seront au bon moment; les autres n'ont juste aucune utilité à être dévoilé

Harry voulait la mettre à l'aise, il espérait juste que la jeune fille ne voudrait pas vivre cachée car elle ne méritait pas ça. Bien que le dessert arrive à peine le sorcier lui demanda ceci sur un ton plus léger:

-Que veux-tu faire après manger ? Dormir ? Encore une fois, désolé, je n'ai que mes vêtements à te proposer


L'ex Gryffondor était très fatigué mais honneur à l'hôte qui avait peut-être envie de parler ? Après sept ans passés à l'écouter sans rien dire ce serait plutôt normal. Le Survivant se fit donc attentif, tout à elle maintenant qu'elle avait la parole....Hedwige avait aussi le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Jeu 29 Mai - 16:52

La nourriture délivrait dans sa bouche une multitude de saveurs et d'odeurs plus que séduisantes. Elle n'avait pas eu beaucoup d'occasions de pouvoir manger un met aussi délicieux, d'autant plus -il fallait l'avouer-, elle était affamée.
Son appetit n'avait cessé de jouer les montagnes russes pourtant dans la journée riche en émotions. A chaque bouchée ingerée avec un calme difficilement obtenu de sa part, elle risquait quelques regards en direction de Harry.
Elle voudrait presque deviner ses pensées, à travers ces yeux émeraudes posé sur son assiette sans grande envie, de toute évidence.

Un léger silence s'était installé entre eux, mais leurs pensées allaient bon train. Notamment pour Hedwige, qui devinait ce que devait ressentir Harry. Ce dernier venait d'encaisser pas mal de chose en une soirée, il était tard et leur course poursuite avait été des plus épuisantes. Elle respectait son silence, elle-même ne sachant ce qu'elle pourrait dire.
Demain, peut-être, trouvera-t-elle des mots... demain, montrera-t-elle peut-être une quelcpnque émotion chez elle. Mais pour le moment, elle préferait tenir une légère distance, pour leur bien à tout les deux.

Harry avait perdu une confidente importante pour retrouver à la place une jeune fille.. c'était déjà suffisament perturbant, d'autant plus qu'il savait qu'elle portait en elle des traces du tant détesté Voldemort... Son sang souillé saillait dans ses veines, circulant librement leur poison, narguant de ses veines bleutée la lame tentatrice...
Combien de fois avait-elle plongée une lame dans cette chair, pour faire couler ce sang souillé, pour faire couler les larmes qui ne tombent jamais...
Si elle ne le faisait pas, elle avait la sensation de se laisser pourrir... Ne jamais accepter ce qu'elle était, cultiver cette distance dédaigneuse envers son père...
Père...
Ce mot lui donnait la nausée.
S'il était prononcé, c'était presque en crachant ce mot qui semblait lui écorcher la bouche. Non, il n'était pas son père... sûrement pas... un père n'abandonnait pas sa fille à l'indifférence la plus glaçiale et la plus meurtrière. Sans aucune tendresse, sans aucune pitié même...
Elle préferait nettement mieux ne jamais le rencontrer.
Quel dommage que sa mère s'ait refusée à la vie suite à la mettre au monde... Pourquoi ne pas être restée auprès d'elle ? Lui transmettre son amour déchu...
Sa mère aussi avait connu un amour impossible. Tom Jedusor; il devait être séduisant à cette époque... Elle l'avait vu se transformer en monstre, et s'il lui cédait une quelconque approche, c'était uniquement pour satisfaire ses besoins mâles...
Pourtant, elle le supportait... Malicia. Hedwige avait reçu le même prénom que sa mère.
Pourquoi ne pas l'avoir gardé ?
Parce que... Parce que Harry l'avait appelée Hedwige. Harry aimait ce prénom... alors elle aimait aussi.
Elle l'aimera toujours, lui, et tout ce qu'aimera Harry...
Sa vision se perdit dans l'assiette déjà à moitié entamée.

Une chaleur agréable se répandait en elle, un peu comme la bièraubeurre qu'elle avait goûté une fois là où elle travaillait. Mais c'était quelque peu différent, car cette chaleur n'était plus une illusion.
Même s'il lui était difficile de se réhabiter à manger aussi copieusement. Son estomac était plutôt petit. Un "appetit d'oiseau" dans tout les sens du terme.

Elle reposa lentement sa fourchette alors qu'il restait encore un quart de la portion initiale, et releva son regard vers Harry. Ce dernier semblait au proie à une fatigue avancée, mais afficha une toute autre expression à cette dernière pour se renseigner sur le lendemain.
Elle n'osait tout à fait croire encore qu'elle allait demeurer prés de Harry... cette nuit, voir même davantage.
Toute à ses pensées, elle lui souria légèrement à son tour et acquiesca timidement.
Personne ne lui avait encore jamais proposé de l'accompagner, mais rien ne pouvait lui faire plus plaisir. Maintenant qu'elle y songeait, il lui sera d'autant plus dur de se rendre résolumment au travail désormais...
Ses heures pouvaient s'étirer, interminables, selon la dose de clients que le Chaudron baveur fournissait. Elle n'était pas toute seule heureusement, mais quand les clients repartaient... le même nombre survenait dans la pièce, parfois même de plus en plus nombreux.


- Oui... je travaille au Chaudron Baveur.

Elle remua la fourchette, l'air soudain embarassée. Jusque là cela ne la gênait pas vraiment mais elle ne pouvait s'empêcher de trouver des défauts à tout ce qu'elle faisait, et que ces défauts devaient sûrement se voir.
C'était comme un jour d'examen particulièrement angoissant. Il la voyait pour la première fois après tout... Elle avait peur de le décevoir, essayait de ne se montrer ni trop encombrante, ni trop repliée.


- C'est gentil de bien vouloir m'accompagner. confia-t-elle dans un petit sourire à ce dernier.

En le voyant prendre le même air sérieux qu'il y avait quelques minutes, elle effaça lentement son sourire pour lui offrir toute son attention.
Son existence... Oui, maintenant qu'elle y songeait, seul Harry était au courant. Ce dernier respectait son secret mais lui proposait tout simplement de... reprendre une vie normale.
Voilà là un voeu qu'elle avait toujours formulé inutilement dans le silence. Elle ne répondit pas tout de suite, se contentant de voguer dans ses iris clairs tout en considérant lentement ses propos avancés.
Ron et Hermione, eux aussi faisaient partie de son cercle très serrés de vraies connaissances. Elle se demandait s'ils se disputaient toujours autant.
La perspective de se confier à eux était toute autre, et d'ailleurs légèrement inquiétante. Cependant, elle acquiesca lentement de la tête.
Harry leur faisaient confiance, et puis lui-même leur avaient cachés qu'il était animagus... quelque part, cette soudaine révélation l'ébranlait quelque peu. Cela voulait dire qu'elle était la seule à le savoir, bien qu'Harry n'eut pas trop le choix au moment où il décida de se transformer.
Cela la rassura. Il était encore très proche d'elle... malgré qu'elle ne soit plus tout à fait la même, ni celle qu'il aurait imaginé.


- Je comprends... Il me sera difficile de me réintégrer mais je veux bien essayer...

Elle voulue poursuivre mais s'arrêta à temps, par crainte que les quelques mots "pour toi" ne soient trop révelateurs eux aussi.
Finalement, elle lui esquissa un sourire aussi sincère qu'elle le pu, pour lui assurer qu'elle acceptait sa proposition.
Même si en faisant cela, son coeur était légèrement en suspension par la crainte. Hermione était une fille intelligente, elle n'aura pas besoin de lui dire tout pour que cette dernière ne le découvre. Quelque part, elle s'était toujours sentie complice avecc ette dernière. Elle espérait juste qu'en tant que fille, Hermione ne comprenne pas aussi d'autres sentiments plus approfondis à l'égard du sorcier aux yeux verts...
Et Ron... Elle le savait d'un caractère un peu particulier. Hermione lui cédera sûrement l'information, et elle craignait pour sa réaction. Des trois, il était moins scrupuleux envers tout ce qui touchait Voldemort.
Donc elle.
La perspective qu'il ne l'apprécie pas était donc la source de son angoisse.
Reportant son attention sur Harry, elle-même transperçant de fatigue, elle marqua un bref instant de silence.
Que faire après le repas... Elle aurait été tentée de demeurer prés de Harry à parler de chose et d'autre mais se souvenait des conditions informulées pour la réintégration d'une parfaite petite fugitive : marquer une nuit de sursis pour tout les deux. Ils étaient fatigués, il était conseillé qu'ils se reposent et le lendemain soir, peut-être pourra-t-elle mettre son projet à execution.

En revanche, quelque chose la chiffonnait dans cette optique là...


- Tu tiens vraiment à dormir sur le canapé ? souffla-t-elle avec une pointe d'inquiètude dans la voix.

Elle qui jusque là n'avait pas tenu beaucoup de place, à savoir une cage, elle allait se sentir perdue dans l'immense étendue de la chambrée.
Elle ne semblait nullement inquiète par la perspective de dormir dans les vêtements de Harry, bien au contraire...
elle ne pouvait que se sentir plus protegée encore en sachant qu'Harry les avaient portés. Elle avait ce sentiment de securité qu'elle avait tant recherché autrefois.
Ce qui l'inquiétait, c'était ce qu'en pensait Harry.
Il faudra qu'elle songe à se faire une petite garde robe, un de ces jours...

Emmergeant tout à fait de ses songes, pour ne nullement excluse Harry, elle reprit :


- Tu sais, je peux dormir partout... Même dans la baignoire si tu veux... XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Jeu 29 Mai - 17:13

-Et moi dans un placard

Fit-il en réponse, esquissant même un clin d'oeil. Il ne voyait pas pourquoi Hedwige s'inquiétait de le voir dormir dans un canapé alors qu'elle l'avait vu le faire dans un placard. L'ex Gryffondor refusa gentiment la mousse au chocolat que proposait Kreattur pour reprendre un peu son sérieux.

-Tu te réintégras, j'en suis certain. Et puis, je t'y aiderai

Son ton se fit plus joyeux sur les dernières syllabes; lui prouvant qu'elle pouvait s'appuyer sur lui. Le sorcier ne savait pas si le fait de dormir seule l'inquiétait; il pensait juste que Hedwige se sentait gênée de prendre le lit. Aussi laissant là sa convive à sa mousse au chocolat si elle le voulait le garçon alla se laver les dents puis revint à la table ne pyjama, rougissant un peu.

-Me revoilà...Moui bon pour la tenue...On ne va pas en faire un drame hein, tu m'as vu comme ça pendant 7 ans non ?


Harry se gratta la tête en signe de confusion, fixant ailleurs mais reprenant constance au bout de quelques instants il s'installa dans un fauteuil moelleux près de la cheminée comme à Poudlard. Le sorcier attendit son amie pendant le temps qu'il fallait puis se leva de nouveau. Le jeune Auror lui souriait; attendant qu'elle parle, tout en restant attentif à ses dires ou gestes l'ex Gryffondor prépara le canapé pour y dormir bien au chaud. Certes c'était un peu étroit mais bon le Survivant était plutôt mince et petit de nature, cela devrait passer. Malheureusement c'était cassé et malgré un bon Reparo cela ne servit à rien...L'une des pièces avait dû être perdue; impossible de transformer ce fichu divan en lit dès lors...Impossible d'y dormir sans tomber par terre pendant le sommeil. L'Auror haussa des épaules, se retourna vers Hedwige et reprit la parole

-Bon et bien à défaut de baignoire, je vais dormir par terre^^


C'est sûr que que de grosses courbatures étaient à prévoir pour le lendemain mais tant pis. Harry n'oserait jamais proposer à son amie de dormir avec elle; ah ça non alors. Malgré les années passées l'ex Gryffondor était toujours aussi nul quand il était question de ces damoiselles, surtout quand, il fallait bien l'avouer elles lui plaisaient...Or c'était visiblement le cas pour Hedwige qui parvenait à le faire rougir. Aïlle Aïlle Aïlle...Des ennuis étaient-ils à prévoir ? Non le Survivant ferait tout pour la laisser hors de ça. C'était à peine si il la connaissait: enfin version humaine...Il allait passer pour un pervers là Shocked Et puis ce n'était même pas ça si cela se trouvait: c'était juste le contrechoc de l'avoir retrouvé et vécu toutes cs aventures: voilà !

Se satisfaisant de cette explication, tandis que Kreattur commençait à ranger la vaisselle le sorcier étala une couverture par terre pour amortir un peu la dureté du carrelage et en sortit une autre pour se protéger du froid. Ce n'était que pour quelques nuits; demain ou bientôt il irait chercher un divan digne de ce nom. S'approchant d'Hedwige, il esquissa une légère révérence pour rire puis prit un ton de Gentleman.


-Si mademoiselle veut me suivre afin d'entamer la visite de sa chambre

Le Survivant était sûr que la fenêtre donnant directement sur le ciel lorsqu'on était allongé sur le lit lui plairait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Jeu 29 Mai - 18:05

La réponse de Harry lui arracha un léger sourire malgré la situation quelque peu exigue. Harry avait déjà vécu dan une chambre un peu précaire en effet... Mais chacun son truc, Hedwige avait déjà dormi dans une cage et elle pouvait citer encore plein d'autres endroits xD néanmoins le petit jeu ne réglerait pas le problème actuel;

Voir Harry se soustraire au divan la chagrinait quelque peu, après tout elle était bien mal placée pour s'autoriser autant de place. Non, elle ne pouvait accepter qu'il se livre à une telle experience pour elle... elle souhaiterait presque qu'il ne parvienne pas à user le divan selon sa volonté xD
Mais elle laissa ce détail de côté afin de se recentrer dans la conversation, dans laquelle Harry se proposait gentiment à l'aider également dans d'autres domaines, en particulier celui de la réintégration. Elle lui céda un petit sourire timide. Harry était tellement prévenant envers elle...
D'autres auraient beaucoup moins digeré les nouvelles et ne se seraient pas embarassés de tout ça. Réctification : Harry était extraordinaire.


- Merci Harry... pour tout. murmura-t-elle, emplie de gratitude.

Kreattur s'approcha d'elle en trottinant en lui proposant de la mousse au chocolat... la dernière fois qu'elle se souvenait en manger, c'était avec Isaya, sa mère adoptive; avant qu'elle ne se fasse tuer.
Elle aurait volontier accepter par simple gourmandise nostalgique, mais aussi pour éviter que l'elfe n'ait préparé cela inutilement xD
Cependant son estomac lui rappela qu'il était d'or et déjà bien rempli et elle refusa gentiment. Avant qu'il ne s'éloigne, elle rajouta :


- Merci Kreattur pour ce délicieux repas.

Elle quitta sa chaise, voulue débarasser par habitude mais en voyant l'elfe se précipiter, elle se figea à temps xD il parait que les elfes se vexaient quand les sorciers faisaient leurs tâches... bien que cela l'aurait tentée de l'alléger d'un poids.
Elle finit par le laisser à son occupation, dérivant son regard sur le divan. L'envie de le saboter la prenait tandis qu'Harry devait se changer xD
Néanmoins elle n'y toucha pas, se résolvant à une tentative de persuation si jamais il revenait...

Ce qui ne tarda pas. Le revoir en pyjama lui sembla faire quelques bonds en arrière par le passé, et elle du réprimer de toute ses forces le sourire tendre qui menaçait d'étirer ses lèvres.
Face à ses paroles, néanmoins, elle finit par le laisser s'échapper librement. Harry semblait mal à l'aise... comme ça ils étaient deux.


- Bien sûr, et je ne m'en lasserais jamais... xD

Elle aurait bien aimé avoir le pouvoir de ravaler ses paroles avant qu'elles ne lui échappent. Elle bifurqua son regard tout en essayant tant bien que mal d'effacer la traînée rougeâtre qui prenait forme sur ses joues, comme si son visage aurait été marqué par un fer.
Elle ne se lasserait jamais de le voir, mais il fallait ratrapper le coup avant qu'il ne se doute de quoi que ce soit...
Ravalant un "hum" nerveux, elle rajouta sans même reprendre sa respiration :


- De... de me remémorer ces sept années... hum...

Elle s'embrouilla quelque peu vers le milieu de sa phrase, avant que sa voix ne s'éteigne tout à fait. Elle avait beau vouloir tourner le problème en tout sens, tout ce qu'elle pourrait dire démontrerait un attachement envers Harry et plus elle insistait, plus elle renforçait cette impression.
Elle finit par se taire, tout simplement xD
En effet Harry s'apprêtait à dormir tout bonnement sur le divan... ele se concentra avidemment sur ce dernier, priant pour qu'il y ait un problème passager.
A croire que son voeu informulé fut entendu car Harry ne parvenait guère à muer le canapé en lit convenable... Avec un semblant d'espoir, elle se disait qu'elle avait peut-être réussi lorsque la phrase de Harry la laissa quelque peu hébêtée.


- Tu ne dit pas ça sérieusement... ? se risqua-t-elle, n'osant croire qu'il avait véritablement l'intention de dormir par terre.

Les yeux ronds, elle le vit rapporter des couvertures qu'il déposa au sol, répondant clairement à sa question xD
Finalement le divan aurait été beaucoup mieux, elle se sentait coupable. Comme si elle était responsable du matériel déffectueux. Ce qui dans un sens était vrai; elle l'avait souhaité, ce problème ! xD
De toute évidence il n'y avait plus que le lit pour deux lol!
Tout comme Harry, de légères rougeurs se répandirent telle une traînée de poudre sur son visage à la simple pensée de lui proposer de dormir auprés d'elle.
Non pas qu'elle n'en avait pas envie... Hum, non, non, disons qu'elle préferait nettement le savoir dans un lit et prés d'elle. Elle essaya tant bien que mal de corriger ces pensées, par crainte de se montrer trop... trop perverse, ce qui n'était nullement son genre ni son intention...
Certe, elle manquait d'affection mais de là... Elle ne cessait de se contredire, c'était bien ça le problème, justement; elle rêvait d'un quelconque geste affectueux de sa part et le fait qu'il demeure prés d'elle était tout un symbole.

Voilà, rien de bien plus poussé... xD

Se tordant légèrement les mains avec nervosité, elle cherchait une formulation potable et quelconque pour lui faire part de cette idée... Plus elle cherchait, plus son coeur battait la chamade et elle se sentait nerveuse.
Elle n'oserait jaamis lui demander ça... mais elle n'allait certainement pas le laisser dormir à terre.

Quand Harry s'approcha, elle était encore figée sur place à triturer nerveusement ses cheveux clairs, sans avoir rien trouver autre que la formule classique et qui pouvait sous-entendre des milliers de choses selon l'interprétation : " si tu veux tu peux dormir avec moi.. "

Le pire dans tout ça, c'était qu'elle ressentait vraiment quelque chose de fort pour lui et donc n'avait aucune excuse pour se justifier de sa proposition.
Harry la tira inconsciemment de ce mauvais pas en lui proposant de visiter le lieu en question avec des airs de gentleman.
Espérant que l'idée qui venait de la frôler ne devienne pas inaccessible par une trop rapide fuite de son hôte, elle lui sourit légèrement en entrant dans son jeu. De ce fait, elle s'inclina légèrement à son tour.


- Avec grand plaisir, monseigneur...

Elle ne savait pas où elle s'aventurait, devinait en revanche pour qui elle risquerait de passer si elle mettait vraiment son plan à execution xD avec pour unique excuse : "je ne peux pas le laisser faire ça".

Elle le connaissait mieux que personne pour le savoir têtu. Fort bien, elle l'était aussi. xD
En suivant Harry et s'engageant dans les escaliers, elle se demandait toujours comment elle pourrait se ratrapper une fois sur place.
Finalement, elle se dit simplement qu'elle allait improviser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Jeu 29 Mai - 19:03

Elle ne se lasserait jamais de quoi ? De le voir en pyjama...Ah non de ces sept années. Harry se maudit, non mais quel pervers alors ! Le Survivant la fit entrer dans la chambre. Malgré la fortune dont il disposait l'Auror préférait la sobriété; ce n'était pas lui qui dépenserait stupidement l'argent de ses parents. Harry n'avait jamais été habitué au luxe de toute manière. Jusqu'à ses 11 ans le sorcier avait vécu affamé, plus pauvre encore que Ron Weasley dont la famille s'était arrangée pour le faire manger à sa fin et l'avait aimé toutefois. Alors dormir par terre ne le dérangerait sûrement pas. D'ailleurs une idée lui vient en tête en entrevoyant la vieille cage d'Hedwige.

-J'ai trouvé la solution, je vais me transformer, j'aurais chaud avec les poils et puis je n'aurais pas de courbatures ainsi

Sachant que sa chouette était têtue, ce devait être la même chose pour l'animagus. Harry disparut à côté du lit et se transforma rapidement pour ne pas lui laisser l'occasion de répliquer. Tout content de son coup le sorcier sauta agilement sur le lit, ses pattes s'accrochant légèrement à la couverture jusqu'à ce qu'il rentre ses griffes; se dirigeant vers la jeune femme. Moins intimidé ainsi; plus joueur aussi, influencé par le caractère espiègle de son animae, le Survivant sauta vivement près de la jeune fille; commençant à lui mordiller les doigts. La faisant reculer et lui sautant dessus le renard poussa un glapissement en tombant, roulant en boule sur le lit avant de se remettre et de réattaquer pour forcer Hedwige à s'allonger.

L'ex-Gryffondor coucha ses oreilles en arrières et fit mine d'être ne colère mais l'éclat de ses yeux ne suivait pas ni sa queue balayant joyeusement l'air au lieu au lieu d'être plaquée contre ses pattes arrières. Finissant par bondir élégamment à terre le renard aux yeux d'émeraude se coucha sur le sol, entourant son corps de sa queue rousse et enfouissant son museau délicat dedans pour se tenir chaud. Il ferma à demi les yeux; cherchant à s'endormir, attendant qu'Hedwige l'imite dans le lit. Ses oreilles dressées se dirigèrent vers son amie, tandis qu'il se remettait bien en place pour s'assurer tout le confort nécessaire. Bientôt d'ailleurs, n'y tenant plus L'auror se releva et sauta sur le lit; posant ses deux pattes avant sur la fenêtre qui descendait, épousant le toit. Il posa son museau fin dessus puis s'éloigna un peu pour la laisser voir aussi.

Les étoiles était plus brillantes que jamais ce soir là; pourtant hier encore Harry était désespéré et seul comme Hedwige sûrement. Comme quoi le dicton disait vrai: c'est dans les cieux les plus sombres que la lueur des étoiles brille le plus. C'était dans les pires moments de tristesse que l'espoir venait tout rallumer, d'un coup comme ça et il avait d'autant plus d'impact puisque les cieux étaient noirs; la lumière se voyait encore plus, brillant avec intensité. Harry s'approcha de la jeune fille et prit la couverture entre ses crocs effilés et blancs, il remonta le tout sur Hedwige même si c'était un peu lourd pour lui, s'emmêlant les pattes du coup mais parvenant à ses fins à force de débrouillardise. Ressautant au sol le Survivant enfouit de nouveau le bout de son museau dans sa queue soyeuse pour réellement essayer de s'endormir après tous ces câlins qu'en humain il ne se serait pas sentit capable d'offrir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Jeu 29 Mai - 19:41

Durant l'acheminement jusqu'à la chambre, Hedwige était plongée dans ses pensées méthodiques à la recherche du meilleur moyen de le convaincre, en évitant si possible d'être amenée à l'enfermer xD
Elle commençait d'ailleurs à envisager sérieusement de reprendre sa propre forme animagi afin de lui laisser toute la literie cependant ils étaient déjà arrivés sur place et Harry venait d'avoir la même idée, le conçernant.

Elle ouvrit la bouche pour protester mais seul un renard roux bondit hors de l'endroit où Harry venait de disparaitre; grimpant sur le lit avec agilité.
Laissant échapper un léger soupir, elle fit dans un sourire :


- Tu verras, tu finiras pas te lasser et avoir des fourmis dans les pattes.

Pour avoir passé sept années sous la même forme animale, elle savait de quoi elle parlait. Si Harry était animagus récemment, il aura du mal à maintenir cette forme tout comme elle-même à ses débuts.
Mais après tout... elle était jeune à cette époque, et l'urgence du moment la pressait. L'instinct de survie peut-être.
Harry était déjà fort experimenté; ce qu'elle avait apprit en deux ans, il le saura sûrement en deux mois...
Le renard bondit à ses côtés, lui mordillant les doigts; un geste à la fois inattendu par le fait qu'elle ne s'attendit pas à cela de sa part, mais également inattendu dans le sens où, finalement, la situation s'inversait étrangement...
D'habitude, c'était elle qui lui mordillait affectueusement l'oreille. Mais peut-être qu'il avait fait ça dans ce but de souligner ce souvenir; elle n'était pas seule... il était présent.

Néanmoins elle ne pu réprimer le reflexe de reculer lorsqu'il la conduisit de la sorte; elle comprit très vite ses intentions quand ses jambes frôlèrent le lit derrière elle. Ils voulaient absolument se céder le lit pour l'autre xD
Elle tenta de résister, montrant qu'elle aussi pouvait être têtue What a Face mais arriva un moment où son équilibre devient précaire et elle tomba assise sur le matelas, le renard atterissant en boule à côté d'elle.
Elle laissa échapper un petit rire lorsqu'il lui grimpa dessus tout en se donnant un air faussement sévère; ce qui était soit dit en passant un échec total et elle lui ébouriffa la fourrure en réponse pour se venger xD
Se retrouvant bien malgré elle allongée sur le lit, elle le vit disparaitre au sol dans le but vraisemblable d'y passer la lit.
Alors qu'elle allait de nouveau lui rappeler son propre opignon sur le sujet, il était déjà sur le lit, les deux pattes sur la fenêtre.
Bifurquant naturellement un regard vers ce dernier, elle remarqua alors la dite fenêtre.
Cette dernière s'ouvrait sur un ciel immense et parsemé d'étoiles, d'une finesse et d'une précision presque boulversante.
Brièvemment détournée de son but premier, elle se plongea dans la contemplation muette et émerveillée. La semie-obscurité de la pièce ne faisait que renforcer l'éclat des étoiles.


* Quand tu regarderas les étoiles, le soir... Puisque je serais dans l'une d'elle, puisque je rirais dans l'une d'elle, alors ce sera comme si riaient toutes les étoiles... *

Paroles furtives échangées dans l'urgence du moment, souvenir passé et égaré dans sa mémoire jusqu'à ce que l'éclat de ces étoiles viennent le lui rappeler...
Isaya... Douce Isaya... Peut-être était-ils tous là-bas; sa mère, Isaya et Homaël... Sirius... et les parents de Harry...
Le renard à la douce fourrure la frôla lorsqu'il tira sur les couvertures afin de la recouvrir.
Ce furtif contact l'arracha de son émerveillement et elle reporta toute son attention sur le renard qui, malgré sa petite taille, était parvenu à la recouvrir.

Sans même attendre sa réaction, il sauta de nouveau au sol et s'enroula sur lui-même. S'assurant qu'il ne semblait plus vouloir bouger, elle défit légèrement la couverture au niveau de sa taille et se pencha hors du lit.
Ses cheveux frôlèrent le sol au même titre que sa main, qui se glissa brièvemment dans la fourrure orangée de l'animal. Elle perçevait la chaleur de ce petit être, sa respiration au niveau de son flanc, et les battements de son coeur sous ses doigts.

Elle lui demanda, dans un léger chuchotement :


- Pourquoi tu ne viens pas sur le lit... ? Je suis sûre que ce sera plus confortable, même sous ta forme animagi...

C'était étrange, mais lorsqu'Harry adoptait cette forme, elle aussi se sentait plus rassurée. Elle n'aurait jamais osé glisser ses mains dans sa chevelure de jais. Mais elle venait de le faire pour lui caresser ses poils roux et soyeux. Tout e sachant parfaitement qui il était...
Elle se demanda, l'espace d'un instant, s'il en aurait fait de même avec elle autrefois, s'il l'aurait su plus tôt.

Elle tira légèrement la couverture de sa main libre, tapotant le matelas avec légereté en guise d'invitation. Il faisait suffisament sombre pour masquer la gêne qui ne cessait de ponctuer ses gestes. Elle n'avait cessé de tourner cette phrase en boucle, la modifiant d'un mot pour finalement le rétablir, sans parvenir à trouver la formulation parfaite pour la même proposition.

Or, en le voyant sous sa forme animagi, cela était sorti tout seul... presque avec naturel.
Peut-être était-ce pour cette même sensation qu'Harry lui avait confié tant de choses, malgré qu'il parlait techniquement à une chouette...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Sam 31 Mai - 18:38

L'ancien Gryffondor rouvrit ses yeux en amande en sentant quelque chose passer dans son pelage. Il écouta attentivement la jeune femme; paresseusement enroulé sur lui-même. La proposition de Hedwige était réellement tentante et ses caresses divines...Comment y résister ? Même en se sachant humain et surtout homme le Survivant n'arrivait pas à l'empêcher de continuer. Il sauta même sur la place que lui offrait son amie. Poussant plus loin l'ancien Gryffondor s'installa sans vergogne contre sa poitrine chaude; ses oreilles rondes légèrement pliées sur le cou de son invitée. Le renard fourra son museau entre deux de ses mèches de cheveux, reniflant son cou, cherchant le parfum qu'il avait apprécié tout à l'heure. Il "ronronna" doucement avant de se remettre confortablement en place; faisant en sorte qu'un bras d'Hedwige entoure sa fourrure soyeuse avant de fermer les yeux contre elle.

Maintenant c'était lui le petit être fragile qui avait l'air de nécessiter une protection. L'auror s'endormit ainsi et cela aurait pu durer jusqu'au matin si son vieux cauchemar n'était pas venu lui rendre visite. Il fronça du museau en entendant les bruits de grabudge en bas et James crier à Lily de fuir avec leur fils. Pendant ce temps le sorcier, en proie de sa propre magie se retransforma de lui-même, encore tout près d'Hedwige. Sans s'apercevoir qu'il l'avait peut-être éveillé l'animagus redevenu homme gémit puis fronça les yeux. Ses paupières hermétiquement closes indiquaient que c'était en son être que la scène si terrifiante avait lieu. Le sorcier appela ses parents, d'abord doucement puis en criant lorsque Voldemort tua Lily. Mais cette fois-ci après la fameuse lumière verte le Survivant ne s'éveilla pas comme d'habitude. Sa cicatrice le brûlait mais ses yeux ne s'ouvrirent pas...Il restait encore plongé dans le sommeil. Défilèrent alors des images de sa vie: la mort de Cédric, la renaissance de Voldemort...Hedwige en chouette puis en humaine; l'ancien Gryffondor revit bientôt tous les pires moments connus avec une telle intensité qu'il enfouit son visage ruisselant de larmes dans les bras de sa seule vision agréable dans ce cauchemar: Hedwige.

L'enfant Harry était revenu; il était enfermé dans son placard, et apeuré priait la tante Pétunia d'avoir le droit d'ouvrir un peu la porte...Mais c'était refusé, toujours refusé et s'il continuait à faire du bruit gare. Sur le palier de la porte le petit garçon observait son cousin ouvrir ses 37 cadeaux; s'estimant déjà heureux de passer inaperçu pendant ce temps là...Si seul, si seul...Juste cette magnifique chouette et cette date pour espoir...C'était maintenant que le sorcier prenait conscience de la maltraitance à laquelle il avait été soumit. Une longue déchéance morale ponctuée de solitude et de haine: chez les Dursley, à l'école, sous les coups de Dudley...Jusque là l'ancien Gryffondor avait minimisé son cas; se disant qu'il n'avait jamais été battu mais après tout c'était pareil...Affamé, enfermé dans un placard ou dans une chambre condamnée en seconde année. Les Dursley étaient libres dans le monde moldu, ils n'avaient pas payé ça. Et dans le monde magique c'était Voldemort. S'en sortirait-il un jour ? Liant ces deux mondes, un espoir qui ne l'avait jamais quitté: une chouette des neiges n'en étant pas vraiment une mais quelle importance...Si douce, toujours égale, possessive même parfois. Il existait pour elle, elle eut avait besoin de lui pour vivre et le contraire était vrai.

L'enfant, le petit Harry terrifié par la nuit se serra contre la seule présence rassurante dans cette chambre: Hedwige. Puis l'Auror s'éveilla mais le garçonnet ne s'était pas envolé pour autant. En proie d'une terreur nocturne comme cela avait été rarement le cas; l'ancien Gryffondor resta cramponné à la jeune femme sans savoir l'état dans lequel il s'était mit...Sans avoir conscience de son réel comportement. Les larmes coulaient toujours comme jamais avant...Toutes celles qu'il avait brimé s'étaient données rendez-vous et cavalaient le long de ses joues. Harry essaya de se calmer mais n'y parvient pas, lui si maître de ses émotions normalement...Le Survivant eut juste la force de reprendre conscience; de tomber nez à nez avec Hedwige et de prendre un air fautif et sincèrement désolé.


-Je...Pardon, ça...ça ne m'arrive pas ça...normalement


Elle allait le prendre pour un taré ! Et encore ce serait gentil. Sans se comprendre lui-même le sorcier descendit du lit et courut jusqu'au salon; là il prit sa baguette et ralluma la cheminée. Se précipitant sur son fauteuil, entourant ses genoux de ses bras te posant sa tête dessus il s'immobilisa alors te essaya de calmer cette étrange terreur. Sa cicatrice ne le brûlait plus car sa peur n'était plus liée à Voldemort mais sa propre vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Sam 31 Mai - 21:41

Durant un bref instant, Hedwige n'était nullement sûre de la décision que prendrait Harry, et encore moins de ce qu'il en penserait. Elle venait de lui proposer de dormir dans le même lit. Certe, il était sous forme animagi mais en y prenant conscience... Elle se sentie glacée. Glacée à des tas de perspectives négatives. Quelle image risquait-elle de donner à Harry, de cette manière ?

Pourtant, contrairement à ce qu'elle avait pu apréhender, le renard bondi sur le lit et se glissa sous les couvertures. Un léger sourire intimidé étira les lèvres d'Hedwige qui se rallongea sur le lit, le coeur battant, à la fois soulagée et perdue face à une réalité... ou plutôt, un rêve précedant la réalité.
Le renard alla même jusqu'à se blottir contre elle, le museau égaré dans sa chevelure clair. Elle pouvait percevoir les battements du petit coeur de Harry contre elle. Mais le sien atteignait son paroxysme. Elle se demandait si le petit renard pouvait le sentir. Il devrait, son coeur battait si fort en cet instant.
Ce petit être blottit dans ses bras, et ce désir soudain de le protéger de tout, du Mal et de l'exterieur... De tout ce qui pourrait le blesser. Le faire souffrir.
Pouvoir le protéger dans l'espace de ses bras, dans l'espace de son coeur.
Le renard perdura un instant dans cette étreinte particulière, avant de se mettre tout prés d'elle, se couchant de nouveau.
N'attendant pas même de comprendre son geste, elle glissa lentement son bras autour du petit animal, ses doigts perdus dans sa douce fourrure tiède.

Cela fait, elle ferma les yeux. Elle ne s'était jamais sentie aussi bien de toute sa vie, prés de Harry, une couverture pour la securité et des draps fins où flottait la douce odeur ambrée si familière...
Peu à peu, sa conscience bascula dans un doux sommeil, la chaleur du petit corps prés d'elle veillant sur ses songes.
Elle craignait toujours ses rêves, dans la simple perspective de revoir de désagréables souvenirs et les revivre une nouvelle fois. La nuit était pour elle synonyme de terreur grandissante, de tristesse et de solitude...
Mais Ils n'étaient plus seuls... très vite, les deux enfants se retrouvaient, comme autrefois. Tels deux enfants effrayés par un orage et se serrant l'un contre l'autre pour lutter contre les ténèbres, et se réchauffer à la chaleur de leur flamme humaine.
Elle essayait de se réchauffer à la flamme de ses sentiments, son demi-sommeil ponctué de cette crainte de basculer dans ces songes sans pouvoir en être délivrée...
Pourtant, le sommeil finit par remporter la lutte. Encore une fois, elle plongea lentement dans le puit de ses souvenirs tourmentés, le gouffre amer dont le fond ne se dessinait jamais...
L'orage, elle perçevait les éclairs et le galop furieux des chevaux. Son coeur calqua le rythme des sabots frappant furieusement le sol.
Pourtant, ses paupières, telles deux ailes grises déployées, étaient scellés bien que parcourues de légers tremblements.


*Cachés sous la mystérieuse cape de la nuit et sous les yeux complices de la lune, deux hommes vêtus de noir galopaient furieusement vers une destination qu'eux seuls connaissaient. Juchés sur leurs chevaux, ils quittèrent très vite les routes de Londres pour s’enfoncer dans la campagne et ses forêts.

Et au fur et à mesure qu'ils avançaient, dans leur course effrénée, les obstacles se dressaient devant eux. Les branches s'accrochaient comme s’ils désiraient barrer le chemin à ces deux criminels. Le ciel crachait, depuis peu, des trombes d'eau comme s’il se lamentait de ce rapt commis par ces cavaliers. Et au-dessus de leur tête, la tempête grondait et tentait de foudroyer, en vain, ces deux voleurs de la nuit.

Entre les bras de l'un d'eux, un paquet bien précieux sanglotait, craintive. Elle s'accrochait désespérément à la crinière du cheval, réclamant à corps et à cri sa nanny.

Elle pleurait.

Elle criait.

Elle s'excusait.

Rien n'y faisait.

Ils refusaient de la ramener chez sa nanny.

Avec le peu de courage qu'elle possédait encore en elle, la petite fille se permit de lever la tête vers l'homme assis derrière elle. Elle distinguait mal les traits de son visage, néanmoins elle remarqua la balafre qui lui barrait affreusement la joue.

Le regard de l’homme tomba alors sur ceux de la fillette de sept ans. Un sourire mesquin se dessina sur ses lèvres et puis un rire ignoble s'empara de lui découvrant ses dents gâtées.

Elle ferma les yeux et plaqua aussitôt ses mains sur ses oreilles, oubliant qu'en lâchant la crinière du cheval elle risquait de tomber. Mais ce fut sans compter l'homme qui la maintenait fermement contre lui.
Son petit coeur cognait furieusement contre sa poitrine.


Si je dors, ce n'est pas moi qui vais avoir mal. J'ai qu'à laisser ma place à une autre moi comme je fais avec nanny quand elle me gronde. Et comme ça, je sentirai rien. Et quand ça sera fini, maman viendra me consoler avec nanny. Oui, c'est mieux de faire comme ça...

Mais la petite fille ne put s'empêcher d'avoir peur. Instinctivement, sa main se serra autour du pendentif qu'elle portait autour du cou.

Pourquoi le tonnerre gronde-t-il aussi fort ?

Pourquoi ces deux messieurs sont-ils aussi méchants avec elle ?

Quelle grosse bêtise a-t-elle provoquée pour recevoir une telle punition ?

Juste casser un objet ? Non, C'est vrai qu'elle avait brisé le vase de grand-mère mais elle ne l'avait pas fait exprès.


Je recommencerai plus maman. Je te jure que je serai une fille sage, papa. Je ne dirai plus les mots que j'entends dans les cuisines, nanny. Promis... Promis... Je le ferai plus !

Etait ce encore les méchants monsieur ? Ceux qui avaient fait du mal à sa maman ?

Ses paupières se refermèrent lentement. Elle s'endormait au rythme des galops du cheval, oubliant sa peur de l'orage.

Elle fut subitement réveillée par des voix graves qui lui écorchaient les oreilles. C’étaient celles des deux hommes. Ils discutaient ou plutôt se disputaient sur un sujet visiblement très épineux.

Soudain, les chevaux s'arrêtèrent. Les mains de l'homme la saisirent par la taille puis, comme s'il s'agissait d'un vulgaire sac de pomme de terre, il la souleva et la relâcha brusquement à terre. Puis, les chevaux reprirent leur course en laissant un corps étendu sur le sol.

La petite fille était désormais seule. Seule au milieu de nulle part. Son chagrin se mêlait à sa détresse grandissante. Les pleurs ne servaient à rien, pas plus que l’espoir qui se perdait dans l’obscurité de cette forêt peu accueillante.

Le corps engourdi, elle tenta de se relever de la marre de boue, dans lequel elle se trouvait allongée, sans grand succès. Elle n’avait plus la force de continuer. L’étincelle de vie qui allumait ses yeux ambrés menaçait de s’éteindre. La preuve en était que les images de son père, de sa mère et de sa nanny s'éloignaient doucement. Chacun leur tour, ils lui adressèrent tristement leur adieu et lui tournèrent brusquement le dos.


" - Non, attendez-moi ! Nanny, ne me laisse pas !"

Désemparée, elle tenta de courir après leurs silhouettes lointaines. Dans sa course, elle trébucha et s'étendit de tout son long sur le sol trempé d'eau.

Trop tard. Elle n'avait plus personne au monde.

Elle éclata en sanglot.


"Petite fleur, ne pleure pas.

Maman sera toujours là

Toujours près de toi..."


Même le chant de sa maman se perdait doucement sous le bruit de la tempête.

Etendue sur le sol, elle n’était plus qu’un cadavre à moitié vidé de son essence.

Mais alors qu'elle se croyait définitivement perdue dans le royaume des démons, le vent lui amena le bel ange de ses rêves.

Elle effleura ses magnifiques ailes blanches qui se refermèrent sur elle. Il allait l’emporter vers le pays aux astres luisants et purs. Là-bas, elle ne serait plus seule. Son ange la protégerait et l’aiderait à oublier sa maman et sa nanny. Oui, là-bas elle serait bien. Elle dormirait sur un matelas de nuage blanc et s’amuserait avec les angelots comme dans les histoires que lui racontait sa nanny.

Blottie contre l’ange, elle souleva enfin ses paupières.

Il la dévisageait, le visage inquiet.

Pourquoi ?

Elle ne regrettait rien. Elle ne regretterait jamais rien s’il restait éternellement à ses côtés.

Ses doigts cajolèrent la joue de son sauveur. Il pleurait. Les larmes du petit ange coulaient. Elles étaient chaudes tout comme son souffle. Pardon de te faire pleurer, voulut-elle prononcer afin d’apaiser sa peine.


"- Vis ! lui ordonna t-il soudain. Ne les laisse pas gagner ! Les adultes ne doivent plus continuer à nous détruire… Prouve-moi, que je ne suis pas le seul à vouloir me dresser contre leurs cruautés."

Sa main est si chaude, songea-t-elle alors qu'il lui écarta quelques mèches de ses cheveux qui barraient son visage.

Il l’enlaça.

"- Je ne peux rien faire d'autre pour toi... mais promets-moi de me retrouver un jour, murmura-t-il. Et ce jour-là, je te jure que je te vengerai de ceux qui t'ont abandonnée ici. Tu me promets ?"

"- Promis", répondit-elle en esquissant un léger sourire.

Il vit qu'elle tenait dans sa main un pendentif.

Il ôta le sien de son cou puis le plaça dans la paume de la fillette. Elle referma aussitôt ses doigts sur le trésor. La chaleur qui s’en dégageait l’irradia au plus profond de son être.


"-Continue à marcher vers le nord, " dit-il avant de s’envoler au loin, dans le ciel chargé d'éclairs.

Elle se releva puis marcha sans savoir où elle se dirigeait exactement mais elle voulait à tout prix retrouver son ange, retrouver celui qui avait réchauffé son coeur durant un bref instant. Mais, la fatigue et le sommeil furent les plus forts dans ce combat.

Elle tomba dans un long ravin sans fin et tout sombra autour d'elle...
*


Les ténèbres glaçés s'estompèrent lentement dans la naissance d'une chaleur un peu particulière... une distance venait de s'effriter et ce n'était non pas un petit animal blottit dans ses bras, mais bel et bien Harry, sous forme humaine.
Cependant, elle su aussitôt que quelque chose n'était pas normal. Bon, rien n'était normal aujourd'hui certe XD mais en sentant l'humidité se déposer dans son cou, elle devina qu'il s'agissait de larmes... Harry était en proie à une détresse, causée sans nulle doute par cette terreur des ténèbres...
Elle sentait sa peur jusque dans les tremblements qui le parcourait, cette étreinte qu'il resserait comme jamais.
Evidemment déroutée, voir même complètement chamboulée de le voir ainsi, elle fit traction un instant de la paralysie qui l'avait envahie face à ce rapprochement soudain pour lui rendre l'étreinte.
L'entourant de ses bras, elle ponctua ce geste d'une chaleur réconfortante et rassurante, sa main droite égarée à sa nuque...
Elle balbutia quelques murmures, essayant tant bien que mal de consoler ce petit coeur blessé qui ne demandait qu'à être recueillit et regonflé de la flamme de l'espoir. Elle-même en avait tant besoin... encore tremblantes de ce rêve tourmenté, elle se perdait à son tour dans cette étreinte.
Elle perçevait la souffrance de Harry comme un couteau... ce même couteau qui déchirait son coeur et son âme.
Elle ne pouvait que deviner sa douleur... Combien de fois avait-il exprimé toute sa rancoeur, sa rage ou son désespoir face à sa confidente ?
Toutes les épreuves qu'il avait subit... Il avait su affronter le destin, mais à quel prix... ? Elle n'avait fait que fuir. Elle ne méritait aucune gloire, alors qu'Harry était rempli d'une noblesse qui le faisait souffrir.


* Si seulement je pouvais panser tes blessures et effacer tout le mal qui te ronge... Harry... *

Ce dernier, après maints sanglots silencieux, finit par lui faire face. Son regard noyé de brume salée croisa le sien, vaste ilôt ambré déchiré par la tristesse et l'impuissance.
Mais cet échange visuel semblait avoir heurté l'assurance de Harry. Il bredouilla des excuses, en proie à une confusion des plus totales, avant de quitter le lit précipitemment, puis la pièce.
Elle l'entendit descendre les escaliers en courant.
Sa respiration irrégulière, encore légèrement redressée, Hedwige fixa un point invisible de la chambre sans vraiment le voir. Une larme perdue continuait de glisser dans son cou, parcourant son épaule avant de choir sous le tissu, à lendroit précis où Harry s'était blottit quelques instants auparavant...

Sa présence était encore tellement ennivrante. Elle pouvait encore sentila douce odeur de ses cheveux, et ce coeur déchiré battre avec difficulté. L'étreinte désesperée... L'appel au secours.

Elle se glissa hors du lit, sortit de la pièce et s'engagea également dans les escaliers, courant aussi. Elle n'était pas très consciente de ses gestes ni de ses pensées. Elle attégnit le rez-de-chaussée et se dirigea aussitôt dans le salon, là où Harry se trouvait.
Elle freina soudain sa course folle à l'embrasure de la porte, sa main se posant sur le mur comme une aide quelconque.
A ce moment là, sa respiration effrenée se ralentie progressivement. Elle fixait Harry, dont la posture de repli donnait un tableau déchirant.
Il venait d'enfouir son visage contre ses genoux, comme pour ne plus voir les alentours. Il avait rallumé la cheminée et la lumière, cherchant une chaleur là où il n'y en avait pas.

Elle n'attendit que le moment où sa respiration soit calme pour de bon, afin de se s'hasarder dans la pièce. Ses pas étaient lents, peu assurés, mais ne dérivaient pas de leur objectif.
Sa main quitta lentement le support rassurant du mur pour affronter le vide. Un pas, encore un autre, chacun de ces gestes la rapprochait de lui.
Finalement, elle atteignit le fauteuil, lieu de refuge pour Harry. Elle se demandait si Harry avait des cauchemars toutes les nuits, et si c'était pour cela que jamais personne n'avait pu rester ici jusqu'alors...
Elle s'agenouilla lentement prés de lui, ne voulant en rien brusquer les choses, ni même le forcer à quoique ce soit.
Elle avait des mains, des doigts et une voix pour consoler. L'épaule, elle l'avait toujours eu, mais cela n'avait jamais été suffisant...

Sa main s'égara lentement sur le bras de Harry, avec douceur, d'abord immobile, puis glissant lentement sur le dos de la main du sorcier. A cet instant, ses doigts hésitèrent, puis se mêlèrent lentement au sien dans une étreinte légère. Mais elle ressera l'étreinte de leurs mains. Elle voulait lui donner un peu de sa force, de sa vie et de sa chaleur pour le guérir.
Elle se rapprocha légèrement, une fois de plus. Ses genoux comme unique support, son autre bras se glissa autour des épaules de l'ancien Gryffondor.
Assurant de ce fait le moindre point de contact, elle finit par déposer sa tête contre l'épaule d'Harry.

Un long moment, seulement ponctués des flammes de la cheminée, s'en suivit. Son regard suivit machinalement les flammes, sa main serrant toujours la sienne.

Finalement, si elle la relâcha, ce fut pour glisser le dos de sa main contre la joue de Harry, effaçant les larmes avec douceur. Sa voix n'était qu'un bas murmure :


- Les larmes ne sont pas un mal...

Sa main s'égara un instant sur sa joue. Elle éloigna légèrement sa tête de sa position initiale pour, peu à peu, lui faire face, toujours agenouillée au sol.
Elle le fixa un long moment, son regard ambré chargé d'une multitude d'émotions. Mais avant tout celui de l'incertitude, et de la volonté.


- Harry...

Se rapprochant légèrement du jeune homme, toujours agenouillée bien que redressée, elle posa ses deux mains sur les siennes;
Il avait les mains tièdes.


- Je suis là.... affirma-t-elle, la voix légèrement nouée.

[Elle m'a donné du fil à retordre, cette rep ! XD]


Dernière édition par Hedwige Malicia Jedusor le Mer 4 Juin - 16:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Sam 31 Mai - 23:49

-Tout le monde fait des cauchemars...C'est comme ça; il y a pire que moi, je n'ai pas à me laisser emporter comme ça et je t'ai réveillé

Fit-il d'une voix sourde, presque un grondement menaçant mais dirigé contre lui uniquement. Le contact avec Hediwge l'effrayait mais le rassurait tout autant. Son coeur rata plusieurs battements; c'était douloureux et doux à la fois. Son amie non plus n'avait pas eu une belle vie; pire que la sienne peut-être d'ailleurs. Vivre sous la forme d'une chouette 7 ans! après avoir subi on ne sait quoi; ayant Voldemort pour père Hedwige n'avait pas dû connaître le bonheur et les Dursley étaient de doux anges sûrement, à côté de ce mage noir pour père. Le sorcier se laissa faire par la jeune femme. Il ne rendit pas ses caresses à l'invitée tout d'abord, trop maladroit pour ce faire. Harry n'avait jamais été doué avec le sexe opposé; c'était comme ça. Mais ses gestes non réciproques n'avaient pas l'air de déranger Hedwige. Quand elle posa sa tête sur son épaule le Survivant se raidit aussitôt, puis, se détendit petit à petit malgré tout. Il se sentait bien. Les cheveux blancs de la femme étaient saisissants; ainsi mêlés à ses propres mèches d'ébènes. L'ex-Gryffondor finit par réagir de peur de la lasser sinon de cette non réciprocité. Elle devait rester à ses côtés..Elle avait le petit plus que Ginny n'avait jamais eu, ce qui faisait qu'en fait le sorcier n'était pas amoureux de la rousse.

Harry ferma à demi les yeux dans la même mimique que le renard tout à l'heure; mais il n'était plus cet animal...Hedwige tremblait aussi, elle avait besoin d'être rassurée sans aucun doute, quel égoïste! Le Survivant la regarda dans les yeux; pensant qu'elle souffrait à cause de son passé si secret, tellement mystérieux mais que l'on devinait noir. L'auror amplifia ses caresses, timide mais déterminé il la fit glisser sur ses genoux qu'il avait étendu maintenant pour l'accueillir. Que faisait-il maintenant? Il se sentait un mélange du petit et du grand Harry. Le petit garçon voulait juste une présence rassurante amicale, le grand voulait plus...Après plus de deux ans d'abstinence c'était normal que son corps réagisse aux côtés d'une femme aussi belle que Hedwige. Cependant le Survivant s'arrangea pour faire taire son "coup de foudre" déjà présent pendant le repas mais presque à son paroxysme ici. Hedwige l'aimait bien en temps qu'amie, que frère c'était tout! En plus ils se connaissaient à peine...Enfin si, pas mal tout compte fait mais c'était spécial aussi.

Harry la laissa se lover entièrement contre lui; toujours indulgent avec les peines des autres il trouverait normal qu'elle se laisse aller et craque. Lui préférait essayer de se retenir même si, malheureusement le garçon venait d'avoir la preuve de sa faiblesse. Hedwige était forte, elle avait tenue 7 ans en chouette, sans parler; sans vivre sa première nature et puis avant ça, Dieu sait quelle enfance la pauvre femme avait eut avec un père comme Voldemort...Pire qu'un cousin obèse brisant vos lunettes sûrement! Pire que de devoir juste se passer d'exister. Là elle avait sûrement dû exister mais pour la haine qu'on avait dû lui enseigner. Enfin le sorcier supposait tout du moins. L'auror passa ses mains fines sur le visage de la jeune femme comme dans l'optique d'empêcher une larme de couler alors qu' apparemment, ces dernières n'avaient pas encore coulés.


-Un véritable proche n'est pas celui qui recueille les larmes mais celui qui les empêche de couler

Fit-il en se souvenant d'un livre qui l'avait particulièrement ému (en effet la citation n'est pas de moi mais je ne connais pas le nom d'auteur). Le Survivant se demanda ensuite quel genre de proche il était pour Hedwige. Un ami ? La main qui l'avait nourri ou plus ? Aussitôt le Survivant se gifla mentalement; quel égoïste, elle n'avait pas besoin qu'on l'embête avec ça après avoir été stupidement réveillée. Harry aurait dû dormir par terre dans le salon; au moins elle n' aurait rien entendu de la-haut. L'ex-Gryffondor ne pouvait pas éternellement lutter contre ses pulsions cependant. Il était amoureux...Ce visage proche de lui malgré le fait qu'il ne le connaisse de quelques heures seulement; ce caractère, tout...Jusqu'à son parfum. Harry essaya de se raisonner en se disant que c'était une impression, une simple suite de son cauchemar mais le petit garçon retournait à présent dans le fond de son coeur; laissant le grand prendre sa place et éclaircir ce sentiment effrayant.

Croyait-elle au coup de foudre ou penserait-elle qu'il profitait de la situation ? Le jeune auror n'en savait rien mais c'était trop fort; il décida alors de lui laisser le choix. Dans un geste équivoque le sorcier l'embrassa sur la joue puis sur la commissure des lèvres mais sans aller plus loin. Le message était clair, silencieux mais clair...Son geste de recul aussi: elle avait le choix. Hedwige pouvait continuer ou refuser sans craindre toutefois de le perdre, il respecterait son choix. Déjà honteux de l'avoir fait le sorcier détourna ses yeux verts puis contempla les flammes qui commençaient à prendre de l'ampleur depuis qu'il avait ranimé la cheminée. Harry aimait le feu malgré le danger qu'il représentait: libre et purifiant il brûlait tout ce qui sentait mauvais comme la mort...Dansant, chaud, mystérieux, indomptable...Le sorcier aimait son chant, son crépitement et l'odeur qui s'en dégageait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Dim 1 Juin - 2:29

Des cauchemars... Mais tout le monde n'avaient pas des cauchemars aussi intenses que ceux qui hantaient les nuits de Harry...
Même si elle avait été proche de lui, elle n'avait jamais vraiment su ce qu'il voyait... Ce qui pouvait le tourmenter à ce point. Peut-être un secret qu'elle découvrira un jour... S'il se sent assez en confiance pour le lui dire, ou s'il en a juste envie.
Mais ce n'était pour l'instant nullement important. L'important était qu'il y avait Harry, dans ce fauteuil, qui avait besoin d'être consolé...
Elle le regarda dans les yeux, changeant parfois de point d'appui lentement, avec précaution, comme si le moindre geste brusque pouvait l'effrayer.
Il avait encore ce voile aux multiples reflets, ouvrant une infinité de monde dans l'univers de ses iris... elle s'y perdit un long moment, essayant de détacher chaque mot de manière intelligible, passablement perturbée encore :


- Tout le monde n'est pas toi... murmura-t-elle d'une voix quelque peu timide.

Il avait une sorte de rancoeur envers lui-même. Elle désirait effacer toute trace de ces sentiments négatifs dans son âme... son coeur et sa tête... elle l'aimait tant...
Elle avait tant besoin de lui... de sa voix, de ses yeux, de son odeur... chaque jour loin de lui était une épreuve, une douleur. Et malgré qu'elle fut si proche, elle se sentait si loin de lui...
Elle n'était sûre de rien, et jamais elle n'aurait pu imaginer qu'Harry l'acueille aussi tendrement prés de lui. Comme dans un rêve, elle se laissa glisser sur ses genoux. Il avait les gestes un peu maladroits, mais il n'en était que plus attendrissant encore.
Elle était comme légèrement engourdie par une perception qui la dépassait.
Pour la première fois de sa vie, en revanche, elle ne se sentie plus seule. Ils étaient deux...
Une douce torpeur l'envahie lentement, engourdissant chacun de ses membres dans une vague lente et mystérieuse... Ses bras trouvèrent refuge dans le dos de Harry, et la raison pour laquelle elle se blottit contre lui resta mystèrieuse...
Mais après tout... l'amour avait ses raisons, que la raison ignore ...
Si tout cela était ponctué d'incertitudes, elle ne pouvait qu'être sûre de ses ressentis, en cet instant où son visage emprit de tristesse se glissa dans le cou de Harry.
Douce odeur ambrée...
Sa peau satinée, la confusion de ses sens se mêlant à la mélancolie. Elle ne pouvait songer à l'étreinte en elle-même alors qu'elle savait l'état dans lequel se trouvait Harry.
Elle devait le consoler... Elle était censée le consoler, mais se retrouvait lovée entre ses bras, comme recherchant une chaleur humaine qui lui était depuis trop longtemps privée...
Elle n'avait aucune idée de l'heure qui pouvait ponctuer les battements de leurs coeur, mais cela n'avait plus aucune importance... plus rien n'avait d'importance, si ce n'est lui, Harry...
Cependant, elle sentait chez le sorcier qu'il venait de passer à un autre état. De l'effroi ponctué à un manque cruel de réconfort, il s'était peu à peu glisser à un désir de les rapprocher toujours un peu plus... Tout cela s'était déroulé durant cette étreinte, où elle s'était blottit tout contre lui, contre son coeur, ses deux mains réfugiées à proximité du torse et des épaules du Gryffondor; à peine appuyés, comme s'ils étaient craintifs de dévoiler quelque chose d'autre... craintifs à l'idée de se glisser un peu plus contre Harry, à la recherche d'une tendresse supplémentaire...
Elle qui n'avait jamais laissé quoique ce soit la toucher au point qu'elle en vienne aux confidences, elle avait laissé Harry le faire... Elle l'avait laissé adopter, lentement mais sûrement, cette conscience tourmentée dont la seule attache lui était destinée.
Elle voulait lui offrir quelque chose... quelque chose que personne n'avait pu lui voler. On lui avait volé tant de choses... Ses parents adoptifs, son innocence, son identité, son histoire, ses repères, son coeur, son corps, son âme...
La seule chose qui lui restait était... sa parole désormais. Ses mots. Elle pouvait parler... raconter... avouer... crier même...

Les mains tièdes de Harry se déposèrent sur son visage, la faisant légèrement desserer l'étreinte afin de pouvoir plonger son regard dans le sien. Il était tellement beau... il n'eétait jamais parti... il lui était toujours présent... toujours fidèle... à son écoute... Il était ses yeux, son coeur, sa voix, ses bras... l'air qu'elle respirait, le coeur qui la faisait vivre, la lueur qui la faisait exister...
Il était tout, tellement tant de choses pour elle..
Ses paroles étaient à la fois tellement lointaines et tellement proches. Transparent. Espoir.
Elle lui esquissa un sourire mélancolique. Ses doigts voyageaient sur ses joues, prés de ses yeux ambrés, comme pour empêher une quelconque tristesse d'y apparaitre.
Toujours présent... auprès d'elle...


- Harry... je... murmura-t-elle dans un soupir qui mourue lentement au coin de ses lèvres; mots qu'il sembla recueillir par un baiser.

D'abord la joue... joue qui sembla s'embraser à l'endroit précis où les lèvres de Harry l'avait effleurée. Une couleur étonnament rose, dont le teint pâle faisait ressortir avec une douce précision qu'elle aurait bien aimé ne jamais démontré.
Peut-être avait-il cherché à recueillir aussi la larme qui venait de se briser sur sa joue... larme mélancolique, larme transie d'amour... Petite larme idiote... Suspendue à un fil...
Une rose parsemée sur ses lèvres...
La neige suspendue à ses cheveux...
L'horizon du crépuscule dans son regard...
Et l'aube d'un nouvel été à la comissure...
Les lèvres de Harry se déposèrent trement au coin de ses lèvres, si proche... si tendre... si...
Le temps ralentit sa course, progressivement, jusqu'à se figer totalement, au même titre que son coeur...
Son regard déposé sur Harry était animé d'une toute autre expression. Elle le regardait comme jamais elle ne l'avait regardé auparavant. Même sa respiration se suspendit un instant, essayant de ressentir de toute les vibrations possibles de son corps le baiser déposé lascivement au coin des lèvres...

Signifiant des gestes que le regard de Harry ne pouvait lui transmettre... Traduisant des mots qui, en pareille situation, n'avaient nullement lieu d'être...
Le rose se propagea juste au dessus de son nez, rejoignant lentement son autre joue qui s'embrasa à son tour. Ses lèvres frémissaient d'un désir nouveau et irrésisitible...
Son regard ambré se perdit dans un tout autre angle, jusque là jamais effleuré de ses iris par crainte, par timidité, ou simplement par retrait...
Les lèvres de Harry, qui parfois se dessinaient en un sourire angélique... Se déployait comme une aile de plumes blanche... blanche comme ses cheveux...

Une mèche glissa lentement devant son visage qu'elle venait de pencher légèrement, sans même le réaliser tout à fait. La torpeur s'intensifia davantage, renforçant l'impression d'un rêve parfait...
Elle n'amorça aucun geste pour retirer cette mèche opportune. Le moindre détail devenait une perle cristalline, dont le véritable trésor se trouvait au bord de ces lèvres...
Elle n'avait pas retiré ses mains à peine effleurant les épaules de Harry. Ces dernières se rapprochèrent lentement entre elles, descendant de ce fait légèrement.
Le tissu qui frôlait sa peau était comme un lascinant vertige qui l'avait prise tout entière.
Le décor n'existait plus, ou alors n'apparaissait que dans un flou confus, renforçant son désir se s'accrocher davantage à Harry...

Ce dernier avait un regard si... attirant...
Elle penchait davantage son visage en direction du sien, ne pouvant plus contrôler ses propres gestes, ni même en éprouver envie. Elle souhaiterait que l'Eternité se glaçe en cet ultime instant, l'instant précis, la seconde cristalline où ses lèvres frôlèrent timidement celles de celui qu'elle avait toujours aimé...
Elle voulue préserver au maximum l'instant, emprisonnant désesperement la seconde entre ses lèvres, au même titre que la lèvre inferieure de Harry.
Une tendresse infinie contenue entre une rose et un ange... Un ange si pur, qui paraissait aussi inaccessible que les astres lointains parsemant le ciel, qu'elle avait vu à travers cette fenêtre là-haut...
Elle effleurait les étoiles.
Son regard se scella progressivement, fermant les yeux sur une réalité pour se plonger corps et âme dans un délicieux rêve qu'elle n'aurait jamais cru réaliser...
Puis ses lèvres s'enhardirent très légèrement; à peine un frémissement, et le baiser effleura les deux lèvres.
Sa respiration à peine perceptible se mêlait à celle de Harry. Ses mains parvinrent enfin à glisser lentement derrière la nuque de l'ancien Gryffondor, délicatement, avant que sa main ne se mêle à ses cheveux de jais... se plongeant dans les ténèbres attirants, un baiser d'une tendresse infinie, un paradis si vivant...

Son corps se rapprocha avec une lenteur infinie contre celui de Harry, comme encore intimidé après autant d'audace... avec pour seul appui ses propres genoux déposés de chaque côté des cuisses de Harry, elle effaça la moindre petite bulle d'air présente entre eux; afin de délicatement entourer de son bras valide, le dos de son bien aimé.
Il lui sembla percevoir un suave parfum, entrevoir un futur, imaginer un "nous deux", espérer un avenir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Dim 1 Juin - 23:44

Il entendit vaguement son nom mais ne put répondre. Ses yeux se fermèrent tandis qu'un long frisson courrait son échine. Harry laissa la main d'Hedwige se promener dans ses cheveux; elle l'embrassa à son tour dans un geste, une invitation on ne peut plus claire. Le jeune Auror fut surprit de rencontrer de la réciprocité dans l'attitude de la jeune femme. Alors elle aussi...L'ancien Gryffondor répondit avec hésitation d'abord puis franchise. Les mouvements de son invitée n'émettaient plus aucun doute sur son désir. Plus assuré; aidé de ses sens en éveil qui diluaient ses stupides doutes le sorcier affermit leurs baisers et coinça Hedwige à cheval sur lui. Il frémit rien qu'en pensant à la proximité de leur corps que seuls leurs vêtements séparait. Ses yeux verts disparurent sous ses paupières tandis qu'il passait une main baladeuse sur la taille de la demoiselle. L'ancien Gryffondor n'avait jamais aimé faire l'amour jusque là; les deux seules fois il s'y était quasiment forcé, comme si c'était un dû envers Flora qui l'attendait depuis trop longtemps. Mais aujourd'hui le jeune homme s'apprêtait à s'offrir sans souffrir d'un quelconque sacrifice; il en avait réellement envie.

Ses mains glissèrent sur les hanches d'Hedwige sans chercher sous son pull toutefois. Son instinct lui disait d'y aller doucement avec la jeune fille; que c'était même sa première fois. Sa façon timide de l'embrasser résumait bien sa gêne. Lui non plus n'était pas un expert dans ce domaine; étant donné que c'était aussi la première fois qu'il se donnait avec plaisir...On pouvait dire que c'était également sa première véritable expérience. L'ancien Gryffondor la cala contre lui et contre toute attente passa un bras sous ses genoux et l'autre sous sa nuque pour la soulever. Il éclata de rire en retombant une fois sur le siège. Un éclat de rire pur et vrai comme l'Auror n'en avait pas eu depuis longtemps, presque...enfantin. Pourtant ce qu'ils s'apprêtaient à faire n'avait rien d'enfantin; étrange contraste en fin de compte. Le sorcier finit par réussir à se lever avec la demoiselle et la monter dans les escaliers. Là il l'assit sur le lit contre le dossier pour plus de confort puis se mit à cheval sur elle. (permission de la joueuse^^) Une main caressant le visage de la belle descendit dans son coup puis sur son épaule, la dénudant légèrement.

Tout en l'embrassant, plus entreprenant maintenant le sorcier l'embrassait sans hésité, au dessus d'elle sans l'écraser pour autant; prenant appuis de son autre main sur le matelas où ils étaient assis. Il poussa un léger gémissement involontaire avant de se détacher et de rouvrir les yeux pour la regarder. Cessant ses caresses le Survivant l'observa longuement d'un air de fin gourmet sans être gourmand non plus. On voyait son désir mais ce dernier était loin d'être obscène. En la regardant le jeune homme ne voyait pas que son corps; il visualisait aussi son caractère, son esprit. Sa silhouette n'était pas la seule chose qui augmentait son envie; d'ailleurs ne plus la caresser était douloureux, il voulait continuer maintenant qu'il avait goûté mais d'abord, par respect pour Hedwige le Brun devait lui demander son accord


-Tu es sûre de vouloir continuer ? Tu te sens prête ?


Demanda-t-il avec douceur et attention. Le fait qu'elle soit consentante était trop important pour admettre un mensonge de la part d'Hedwige pour lui faire plaisir; il savait trop ce que cela avait été de se donner en se sentant forcé. Il recula même et s'assit à ses côté, quittant sa position pour lui signifiée qu'elle avait tout son temps et qu'ils pouvaient même parler avant...D'ailleurs si Hedwige ne voulait pas le sorcier comprendrait...Il y a à peine une demi heure il était en larmes et voilà où ils en étaient maintenant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Lun 2 Juin - 1:34

Il était étrange de voir combien l'innocence pouvait se retrouver dans de telles situations, imprégnant les traits, les regards, se calquant au rythme de la respiration et des sentiments.
Innocence...
Hedwige pensait l'avoir perdue, il y a de cela bien longtemps... les enfants étaient toujours les premières victimes des plus grands.
Qu'il s'agisse de Harry... Harry, abandonné de tout amour, arraché à sa famille par le sang des meurtres, le crime gratuit... Traité comme l'esprit plus misérable, regardé come une immondice sur un parquet.
Elle avait eu de la haine... De la haine pour ces gens qui avaient osé le faire souffrir. Il ne méritait pas tout ce mal... Il avait hérité d'un nom, d'une célébrité, d'une convoitise qu'il n'avait jamais voulu. Tout ce qu'il avait souhaité... C'était d'être un enfant normal.
Ou même qu'il s'agisse d'Hedwige...
Ses parents n'étaient nullement James, ou Lily Potter. Son père avait profité de sa mère, tué des innocents, est devenu inhumain pour toujours plus de pouvoirs... toujours plus de privilèges, de machiavélisme dans sa formez brute.
Son père était un monstre, craitn et respecté par la tyrannie qu'il soumettait à la population. Il prenait sans jamais rendre... Il voyait sans jamais croire... Il tuait sans jamais éprouver quoique ce soit qui puisse le rapprocher de la race "humaine".
Et sa mère... Sa mère avait été tellemet détruite par cet homme qu'elle n'a pas eu la force de survivre, en mettant au monde son enfant... elle.
Par chance, les amis chez qui elle avait accouché l'avait recueillie.. Mais malgré les démenagements incessants pour brouiller les traces, les fausses identités et les mensonges, les mangemorts étaient parvenus à les retrouver.
Tout comme Harry, elle n'avait jamais été élevée par la magie; jugée trop dangereuse à la fois pour les autres, mais aussi pour elle-même.
Elle n'avait connu de véritable foyer qu'à Poudlard; là-bas elle avait sa petite famille rien qu'à elle... Harry, mais aussi ses amis. Là-bas, on ne la jugeait guère, elle n'était pas forcée de bouger sans cesse et de vivre dans la peur constante...

Toute trace de crainte et d'insecurité se dissipèrent lentemende son être. A vrai dire... elle ne ressentait plus que ce coeur qui battait la chamade contre sa poitrine, et ses propres battements... Dans ce baiser aussi inattendu qu'inesperé transperçait un souçpon de valse mélancolique... dans l'air du soir, seuls... ? Non, tout les deux ensembles...
Langoureux vertige...

Les anns s'effaçaient lentement, une par une. L'attente se dissipa tel un mauvais rêve; et puis d'ailleurs, sa vie n'avait-elle pas été qu'une simple succession de cauchemars ? Non... Jusque là, elle n'était tout simplement pas en vie.
Ee venait de renaître à l'instant même où ses lèvres avaient rencontrées celles de Harry.
Il venait de lui redonner son souffle en mêlant le sien, il venait de faire battre ce coeur contre le sien... Tel un phénix; elle revenait enfin à la vie, à partir de ces cendres qui lui avaient servies de corps jusqu'à maintenant.
Oui; elle n'avait été qu'une ombre errante... Effacée... inexistante. Comment avait-elle pu marcher, comment avait-elle pu parler, le tout sans Lui... ?

C'était tout simplement improbable. Non, elle n'avait jamais vécu avant cet instant précis, qui semblait hors du temps et de l'espace. Leur étreinte se fit plus tendre... puis plus passionnée... les mains de Harry se déposant à proximité de ses flancs, dont elle suivie la piste, sensible aux moires frôlements..
Chaque perception semblait se décupler davantage. Elle ne savait pas si Harry sentait son coeur battre contre sa poitrine. Et pourtant il battait... Il battait comme jamais il n'avait pu le faire auparavant Un coeur nouveau, un souffle pur... un amour innocent et préservé de la monstruosité de la guerre.
Ils étaient deux enfants enlacés... Non, plus maintenant.
Maintenant, ils grandissaient... ensemble... liés par les sentiments, liés par le baiser... et peut-être même bientôt liés corps et âme.
Elle devinait déjà, au fond d'elle, ce qui pouvait les animer tout deux. Cette flamme dansante, dans le coeur, qui venait embraser leur épiderme tout entier dans un incendie naissant... une sorte de... de désir...
L'envie d'appartenir entremment à celui qu'elle avait aimé, qu'elle aimait et qu'elle aimerait... l'envie aussi de recevoir la même chose semblable de la part de Harry...
Cela ne faisait que quelques heures qu'ils se connaissaient, mais ils étaient déjà tellement avides de découverte...
Découvrir et apprendre le tracé du corps de l'autre... la moindre de ses courbes... épouser ses formes... que plus rien ne les sépare...
Le monde entier ne pourra plus alors leur faire de mal puisqu'ils ne seront plus deux, mais un seul et même corps partagé par deux volontés... deux êtres...
Jamais Hedwige n'aurait songé pouvoir éprouver une telle intensité dans ses membres tremblants. La seule et unique experience de cette possession n'avait été qu'une suite interminable de honte, de souillure, de déchirure... sans même prêter attention à ce qu'elle pouvait ressentir elle... Un acte égoïste, destiné dans le simple but de soulager des instincts primaires...
Mais le pire dans tout cela était bien d'infliger ceci à un enfant.
Elle avait donc été très tôt mise en garde de la perversité du monde.. et de la cruauté des hommes... Elle en avait peur... Et elle en avait toujours un peu peur aujourd'hui...
Le seul être capable de la tranquiliser entre ses bras était Harry...

La douce torpeur se propagea intégralement dans son être, atteignant son âme elle-meme. Les idées devenaient confuses, les respirations quelque peu irrégulières, et les gestes à la fois tremblants et avides de toujours un peu plus...
Peu importe le monde, la raison, Voldemort et tout le reste...
Elle savait ses sentiments intimement liés à ceux de Harry, et rien d'autre ne comptait mis à part le garçon qu'elle avait aimé en silence durant sept ans...
C'était bien suffisant pour justifier son amour, pas vrai ? Ils s'étaient toujours un peu aimés après tout... Même si Harry ne savait pas qu'elle était une de ses semblables...
En l'apprennant, un autre horizon s'était ouvert, où l'amour pouvait se creuser bien plus loin que cette relation maître/animal jusque là établie... Ou plutôt, c'était une relation de confidence... puis d'attachement... puis...

Harry glissa un bras sous ses genoux, puis un autre à sa nuque, comme pour la soutenir. Dans cette position, malgré l'état quelque peu brumeux dans lequel elle se trouvait, elle parvint à comprendre ses intentions. Ils ne pouvaient rester dans cette pièce... Il fallait qu'ils retournent là où Harry s'était blottie contre elle, terrifié par ses cauchemars... là où il avait versé ses pleurs sur son épaule, comme autrefois... prouvant de ce fait que quelque soit sa forme et son apparence... en quelque sorte, ils s'aimaient déjà...
Il fallait cette pièce où le dernier lien s'était tissé entre eux, inconsciemment... cette pièce qui inspirait tant de securité... Et surtout, la fenêtre et ses étoiles.
Donner une image face au sentiment qu'ils éprouvaient, sentiment aussi immense que les astres parsemant l'univers tout entier...

Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le rire de Harry paru à la fois tellement lointain et tellement proche; Elle le trouvait adorable, avec ce rire angélique, ses yeux étincellant d'une flamme profonde qui contrastait avec la légereté de son sourire. Elle enfouie son propre sourire dans son cou, égarant ses mains dans son dos afin de lui assurer une meilleure stabilité. Son ange...
Et une musique, la musique de ses sentiments qui faisait frémir son coeur, son corps à l'unisson.

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige...

Il la portait, de toute son étreinte, de tout son amour et de toute sa passion aussi, tout cela se mélangeait dans cette ascencion vers quelque chosee plus vaste encore... Inconnu.
C'était encore un inconnu, après ce voile... voile qu'il fit délicatement glisser à son épaule, dénudant légèrement cette dernière, révelant une partie de ces mystères...
Elle voulait le décrouvrire avec lui... lui et personne d'autre. Ils souleveront tout les deux le voile, ils embrasseront la verité, ils frôleront les étoiles...
La vitre de cette vaste fenêtre ne sera plus rien alors face à leur amour.

Fermant légèrement les yeux face à ses tendres caresses, elle inclina légèrement la tête afin de lui délivrer tout d'abord cette zone de son corps; laissant libre cours à sa main d'errer là où il le souhaiterait.
Leurs lèvres se scellèrent dans un nouveau baiser, chaque fois un peu plus passionnel et fougueux que le précedent... la tendresse se mêlait à une certaine impatience qui était prope à la flamme grandissante au fond de leur être.
Sa main tâttona le vide un instant, prenant au hasard appui dans le dos de son bien-aimé; ses doigts se resserèrent légèrement sur le tissu à mesure que le baiser se prolongeait et s'approfondissait.
Leurs lèvres se descellèrent lentement, marquant une légère distance; et bien qu'Hedwige était demeurée tout contre le lit sur lequel elle avait été déposé, la respiration légèrement halentante, Harry se redressait.

Sa question la prit de court un bref instant. Elle avait été tellement certaine qu'elle avait même oublié que le doute et l'incertitude aurait très bien pu marquer sa volonté...
Mais voilà; elle n'avait jamais été aussi certaine de sa vie quand à ses propres sentiments... et elle savait qu'elle désirait aller jusque là avec Harry... Jusqu'au bout de monde, d'ailleurs, s'il le faut...
Son amour dépassait tout unité de grandeur si on eu voulu le mesurer d'une quelconque raison.
Essayant tant bien que mal de retrouver sa voix, les joues légèrements rouges en vue des récents évenements, elle parvint à souffler :


- Oui...

Ses mains trouvèrent celles de Harry dans une douce étreinte. Elle les serra un instant légèrement entre ses doigts, timidement... puis, prenant une légère assurance, elle attira ces mains tout contre elle, incitant de ce fait Harry à se pencher en sa direction.
Déposant délicatement les paumes de Harry proches de son coeur, elle captura avec une douce tendresse ses lèvres des siennes. Le baiser fut dotée d'une pointe de tendresse amoureuse... puis passionnelle...

Valse mélancolique, et langoureux vertige...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Mar 3 Juin - 0:28

-Oui

Le jeune sorcier resta un moment sans rien dire; puis il hocha doucement la tête. Le Survivant ne savait pas vraiment que raconter, en fait les paroles lui paraissaient même superflues. Il passa une main dans les cheveux de la jeune fille puis revint se serrer contre elle; passant doucement au-dessus de son corps pour se retrouver à nouveau à cheval. Il l'embrassa doucement; faisant durer les "préliminaires" pour la mettre en confiance...Lui aussi en avait bien besoin d'ailleurs; pas si rassuré que ça en fin de compte. Machinalement ses doigts se glissèrent doucement sous le pull d'Hedwige mais juste au niveau des hanches, sans sembler vouloir remonter plus haut. Le sorcier hésita quelques longues secondes puis se dévêtit finalement, enlevant le haut. Torse nu contre la jeune femme désormais, le Brun la laissa s'accoutumer à sa peau et sa poitrine (il n'est pas poilu) assez musclée tout en restant Svelte. Disons qu'on était loin du calibre de Arnold Schartzeneger. C'était plutôt quelqu'un de fin et de léger; souple comme un félin à défaut de posséder la force physique de l'ours...Un peu comme un renard finalement; un corps musclé pour crapahuter et se faufiler partout mais gardant un certain aspect fragile. Le Brun enleva ses lunettes et les posa sur la table de chevet. Sa baguette dans la main droite il s'apprêtait à éteindre la lumière

-Tu préfères être dans le noir ?

Lui, oui...Il n'était pas encore assez en confiance-pas à cause d'Hedwige-pour garder la lumière allumée. Et puis juste au-dessus d'eux le ciel étoilé n'en serait que plus étincelant.. Mais peut-être que la jeune femme au contraire, se sentait plus en sécurité en ayant la possibilité de voir. Il la laissait donc choisir. Harry s'adaptait à son rythme, n'aimant pas s'imposer. Le Survivant avait un instinct développé, suffisamment pour sentir que son invitée avait eu des problèmes avec ça...Peut-être ne l'avait jamais-t-elle fait ? Ou comme lui s'était donnée car se sentant obligée...voir...pire ! Mais l'ancien Gryffondor ne préférait pas penser à ça; juste lui laisser le choix pour la lumière...Et pour la parole. Hedwige lui parlerait si elle le souhaitait.

Harry passa une main sur son épaule puis la caressa doucement sous le pull; osant aller un peu plus loin cette fois mais toujours doucement. Ses gestes étaient plus assurés; dictés par la nature qui lui avait apparemment fourni des réponses toutes faites aux questions du genre "Comment fait-on ?". Son instinct s'éveillait et ses mouvements en devenaient plus fluides; plus appropriés aussi. Ses yeux s'étaient fermés et il laissa Hedwige le toucher si elle le voulait. Il n'avait pas beaucoup de cicatrices étrangement, pour un Auror. Il faut dire qu'il débutait juste. Le sorcier en avait gardé une au creux du coude droit. Discrète tout en restant visible. Elle datait de sa quatrième année quand Quedver avait prit son sang pour faire revivre son maître. L'entaille avait été profonde mais s'était bien refermée maintenant. Elle n'avait rien de la plaie violacée infectée heureusement; toutefois on devinait que la blessure infligée avait été très douloureuse et que la lame du couteau avait été loin dans son ouvrage.

Harry enleva aussi le bas; un peu gêné d'être tout nu maintenant. Il se glissa sous les draps frais et lavés par Kreattur; ils sentaient encore le parfum de lavande, utilisé par l'Elfe lors de son nettoyage. L'ancien Gryffondor posa ses mains sur Hedwige; les enfouissant sous le pull sur l'agrafe de son soutien-gorge sans le défaire. En fait le sorcier attendait que son invitée le fasse ou lui offre cette possibilité. La tête légèrement inclinée sur le côté il la regardait avec un sourire mi rassurant, mi rêveur au bord des lèvres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Mar 3 Juin - 2:13

Un besoin inexpliqué, mais un besoin vital avant tout, naissa lentement en elle.. s'intensifiant un peu plus au fil des secondes, s'imposant sur sa raison et tout le reste...
Un besoin d'être proche de lui... de pouvoir parcourir son épiderme de ses mains, de sentir les siennes sur sa peau... le désir de ces lèvres tendres sur les siennes...
Les doigts de l'ancien Gryffondor se glissèrent dans ses cheveux, avec une tendresse rassurante et presque protectrice.
Une nouvelle étreinte, les parfums qui se confondent dans l'air du soir, les battements de son coeur et puis.. sa chaleur, la chaleur de son corps contre le sien, perceptible malgré les tissus qui les séparaient encore.
Il s'était glissé dans la même position qu'elle avait pu inconsciemment emprunté, quelques instants plus tôt, sur ce fauteuil... Leurs lèvres scellées dans une multitudes de baisers à la fois tendres et passionnés, timides et révélateurs, tremblants et déterminés...
Encore sous l'emprise de ces sensations dépassant son entendement, les mains de l'élu de son coeur parcourant sa peau nue au dessous de son pull, et une multitude de petites décharges électriques descendirent en flèche dans son corps, manifestant ces mêmes vertiges mystérieux...

Un premier tissu glissa lentement au sol. Elle ne savait à qui il appartennait, si elle venait de retirer un de ses vêtements ou si c'était Harry. Elle avait bien du mal à discerner la réalité du rêve dans lequel elle était plongée...
Ses propres mains frôlèrent le torse de Harry, sa paume perçevant les pulsations cardiaques de ce dernier... la chaleur de son corps... ce doux parfum amande, encore, tellement ennivrant.. Sa peau était tellement douce sous ses doigts, sa préciosité donnerait presque envie d'y glisser ses lèvres dans espoir de retrouver au bord de ces dernières la sensation éprouvées sous ses mains tremblantes...

Temblante non pas de craintes, bien qu'elle ne savait absolument rien de l'aventure dans laquelle elle s'engageait.. Mais qu'importe.. cette aventure, il la faisait à deux... ils dompteront ce cheval sauvage qu'est l'amour, pas toujours aisémment maitrisable... mais doux et sucré une fois apprivoisé... Le faire marcher au trot, puis soudain le faire démarrer au galop... que l'Amour l'emporte dans une formidable course où jamais on ne s'essouffle... que chaque seconde soit la plus heureuse de sa vie... ne faire plus qu'un avec lui...
Sentir le puissant torrent de la passion déferler dans ses veines, effacer à coup de joies intenses les plus grandes peines...
La voix de Harry lui parvint dans un étrange murmure, leurs lèvres séparées brièvemment par ce point d'interrogation, révelant une pointe d'apréhension chez l'un comme chez l'autre... réveillant le doute et peut-être aussi la timidité face au regard de l'autre.
Hedwige connaissait à peine son propre corps... elle ne savait de lui que la douleur qu'un tel acte pouvait procurer. Elle savait qu'avec Harry, ce sera différent... il était le seul en qui elle avait autant de confiance... le seul capable d'animer cette flamme come jamais elle avait pu calciner son coeur auparavant... mais cela n'effaçait pas les traces..

Traces...

La soudaine inquiétude à la perspective qu'Harry découvre quelque chose qu'il n'aurait pas fallut chez elle... sur elle.. en elle... et si les souillures se voyaient encore ?
Serrant la main libre de Harry dans la sienne avec force, comme pour s'échanger un peu de leur courage et de leurs sentiments respectifs, elle murmura :


- Oui... s'il te plait...

Son regard ambré se perdit totalement dans les iris émeraudes qui la fascinaient tant. Cette supplication semblait bien inutile. Il était évident qu'Harry préferait aussi cette perspective, songeait-elle en lisant ceci dans son regard. Ils se sentiront certainement plus courageux et entreprenants dans le noir... face à l'unique clarté des étoiles...
Approchant ses lèvres de l'oreille de Harry, elle ajouta dans un souffle:


- Je n'ai pas peur si tu es là...

Le Noir avait été pour elle synonyme d'inconnus, de peurs, de maleillance. S'Il ne lui avait pas bandé les yeux si souvent... sans doute n'aurait-elle pas ressentie cette autre crainte, tout à fait contradictoire.
La peur de subir une nouvelle blessure, ne pas savoir quel genre de supplice Il désirait tester... ne percevoir que ce bruit glacial et terrifiant de la fermeture éclair qui...

Ses songes se brisèrent au même titre que les mains d'Harry parcoururent doucement l'épiderme révelée de son épaule, quelques instants plus tôt à peine.
Harry était là... il ne la laissera pas seule dans le noir... elle le serrera tout contre elle pour se rassurer, s'il le fallait...
Et ses mains ne seront là que pour lui donner de douces caresses... non pas pour s'aventurer et violer certains endroits intimes dont elle n'aurait pas accepté l'accés.
Harry était tellement à son écoute... attentif à ses moindres désirs, il ne faisait rien qui puisse l'embarasser... si doux... si compréhensif... si tendre et attentif... si...
La main de Harry se glissa lentement sous son pull, à partir de son épaule. Toujours avec cette même tendresse infinie, il se glissait un peu plus loin que quelques instants plus tôt... elle inspira un peu plus profondement, le moindre frôlement se propageant dans tout son être dans une vibration presque irréelle, fantastique.
Dés l'instant où elle avait échangé son premier baiser, tant désiré, tant rêvé et imaginé, elle nageait dans un doux rêve et ne voulait pour rien au monde en emmerger...
Elle fut quelque peu honteuse de se montrer autant passive, alors que Harry avait eu le courage de retirer le dernier tissu qui pouvait encore couvrir les secrets de son corps. Elle l'habilla de son coeur, comme si elle aurait voulu étendre la peau de cet organe vital pour envelopper son amour de toujours et le protéger, encore un peu.
Il se glissait sous les draps dans des gestes quasiment semblables à ceux que le renard avait esquissé tout en se mettant dans le lit, voilà déjà de nombreuses heures plus tôt.. cela lui paraissait si proche et si lointain à la fois... tout était tellement lointain... Voilà qu'en l'espace de quelques heures, sa vie avait totalement basculée dans le paradis verdoyant qu'elle avait toujours rêvé d'avoir... couleur du bonheur, couloir de l'Espoir.

Perçevant les intentions de son doux amour, elle retira lentement son propre pull avec lenteur. Le tissu s'affina davantage entre sa propre chair et Harry, sa respiration courte et presque etouffée d'émotion.
Ses gestes devenaient également flous et grisés, elle peina à retirer le bouton de son pantalon tant elle tremblait, les mains de Harry devenant de plus en plus grisantes.
La confusion engourdissait son esprit au même titre que ses sensation; incapable de penser avec justesse et clarté, elle ne vivait plus qu'en blottissant son corps contre le sien, remontant légèrement son haut restant, avant de le tirer tout à fait et le laisser rejoindre les autres tissus au sol... si ce n'est celui sur lequel Harry avait jeté son dévolu... elle parvint à tirer son pantalon et délivrer ainsi ses jambes de la prison synthétique, qu'elle glissa sous les draps également...
Ses jambes nues frôlèrent celles de Harry avec tendresse, ses lèvres se déposant dans le cou de ce dernier en le gratifiant d'une multitude de baisers dont l'intensité ardente traduisait la fièvre qui l'avait envahie.

Elle demeurait encore vêtue du minimum de tissus porté par toutes femmes, comme laissant une possibilité à Harry de pouvoir prendre une légère initiative et le guider quelque peu dans une telle aventure... bien qu'il semblait plus experimenté, ou du moins connaisseur, qu'elle-même pouvait l'être. Elle n'avait jamais échangé de véritable baiser jusqu'à maintenant... ni même connu le bonheur ou le désir, écartée de tout, même des grandes étapes de sa vie...
Harry l'avait peu à peu aidée à sortir de cette voie... d'abord en lui tenant les mains.. puis en l'enlaçant... et enfin en liant ses lèvres aux siennes... La main tendue, le soutien, les sentiments...
Tout se mélangeait dans son esprit dans un ensemble de sons, de couleurs, de sensations en particulier.. Tout son corps ressentait et cette perception était bien trop accentuée pour autoriser la raison à demeurer...
Elle vivait, tout simplement... Elle l'aimait plus que de raison, plus que la neige ou la pluie en saison hivernale, less feuilles tombantes de mélancolie lors des soirées d'automne... mieux que l'aube et le chant d'un phénix qui renaît de ses cendres, davantage que la plume ou les ailes d'un ange...
Il était tout cela, et tellement plus... c'était entre ses bras qu'elle se confia, presque nue elle aussi si ses sous-vêtements avaient été inexistants...

Elle inclina légèrement la tête en arrière dans le but de lui livrer la moindre parcelle de peau qui était à découvert.. mais aussi lui laissant la possibilité de retirer son soutien-gorge sur laquelle sa main s'était déposée. Son abdomen se soulevait au rythme d'une respiration toujours aussi courte, quémandant un apport qu'elle n'était pas en mesure de combler...
Son seul oxygène était couché prés d'elle en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Dim 29 Juin - 15:40

- Oui... s'il te plait...

Harry éteignit la lumière d'un sortilège informulé. En effet le jeune Auror commençait à apprendre à utiliser la magie sans sa baguette. Il n'en était qu'au début encore bien sûr; pour le moment seul le "lumos" et le nox" étaient abordables et le sorcier ne pouvait se passer de sa baguette pour le reste. La pénombre se posa doucement sur eux, les enveloppant dans une intimité rassurante. L'ancien Gryffondor poussa un léger soupir et passa sa main dans les cheveux d'Hedwige. Il enleva aussi ses lunettes sur la comode et se pressa contre sa compagne. Le petit son métallique caractéristique de ses verres correcteurs tombant par terre raisonna dans la petite chambre envahie par la lueur des étoiles. Sous le rayon lunaire le jeune sorcier s'aperçut de ses lunettes tombées; avec un léger rire il les ramassa et les reposa sagement en faisant bien attention de les mettre sur la table de chevet et non à côté cette fois.

- Je n'ai pas peur si tu es là...

Harry répondit par un câlin et un bisou sur le front avant de la serrer contre lui quelques instants pour lui faire comprendre que oui; elle n'avait plus de raison d'avoir peur. Le jeune homme passa une main sur celles d'Hedwige qui l'invitait à dégrafer ses sous-vêtements. Avec lenteur, prenant soin de la laisser s'habituer. Il prenait également son temps pour savourer chaque partie de la silhouette féminine de sa compagne. Elle était mince sans être à la limite du maigre comme lui; heureusement ses muscles fins dû à un entraînement solide cachaient un peu cela. Harry n'était pas forcément très barraqué comme un boxeur; plutôt souple et svelte comme un félin...Où un renard tiens; petit et fin d'apparence voir fragile mais cachant de puissants muscles à l'intérieur et une excellente condition physique même si à l'extérieur il n'avait pas les bras énormes de Arnld Swhartzeneger ( je ne sais pas comment ça s'écrit mdr).

Il caressa longuement le corps désormais mis à nu d'Hedwige pour éveiller le désir de la demoiselle et le sien; ses mains cavalèrent sur les jambes de la jeune femme; plus entreprenantes dans le noir, plus rassurées. Malgré l'obscurité régnante, le rai de lumière douce de la lune argentée découpait leur silhouette et Harry percevait un peu le visage et le corps de sa compagne suivant sa position selon la lune. Lui, cachait un peu cette lueur d'argent à être allongée ainsi contre elle; puis bientôt sur elle. De toute manières sa vue défaillante ne l'aidait pas vraiment. Bien que le sorcier ne soit pas aveugle il avait quand même des problèmes aux yeux et voyait Hedwige comme un beau tableau sur laquelle une main serait passée; rayant un peu la peinture fraîche en diagonale; mais juste un peu, ce qui laissait le sujet de la toile tout de même facile à deviner et no ndéformé par ce mouvement, bien que non naturel.

Il ne parlait pas parce que c'était inutile; mieux valait des gestes sûrs que des mots hésitants...L'action avait plus de signification que la parole car la première, spontanée ne savait pas mentir. L'ancien Gryffondor la sentit prête ainsi que lui-même; avec douceur , ressentant son accord il entra en fusion avec elle ( c'est si joliement dit
Rolling Eyes) continuant de la caresser avec lenteur pour la faire languir encore un peu; le sorcier finit tout de même pas briser le silence avec des motts, mais ces mots là n'étaient pas dangereux car la sincérité de leur geste veillait à la véractié de ces mots justement.

-Je taime

Murmura-t-il tout doucement

-En fait je crois que je t'ai toujours aimé

N'avait-il j'amais rêvé que la silhouette de sa chouette devienne femme ? Si il croyait bien à bien y réfléchir à présent. Harry continua son geste pour entrer en elle; y allant doucement car cela ne faisait plus aucun doute; Hedwige était encore pure bien qu'il ne sente aucune barrière. La barrière physique de toute femme vierge n'était pas là mais celle psychologique oui...Aucun doute là-dessus et la signification en devenait évidente. On avait déjà abusé d'elle; hésitant à continuer du coup de peur de la blesser un peu plus, de briser cette intimité dejà en éclat le Survivant lui souffla une demande de pardon à l'oreille...Il n'avait pas pu être là depuis le début pour lui éviter ça.

-Pardon, je te demande pardon

Et aussi pardon pour l'avoir perdu de vue en 7 ème année. Bien entendu c'était la jeune femme qui s'était enfuit sous sa forme animagus alors que Harry ne savait rien; croyant juste avoir perdu une chouette aussi chère à son coeur soit-elle...Mais s'il elle s'était enfuit, n'était-ce pas de sa faute ? Comment savoir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Dim 29 Juin - 18:34

La nuit les enveloppa tout deux et les plongèrent dans les ténèbres... ou du moins, très vite, de nombreuses étoiles scintillantes suivie de la clarté de la demi-lune jouèrent dans la pièce dans des reflets mystérieux.
Sa silhouette se dessinait entre lumière et obscurité, les pâles rayons scintillants dans ses yeux verts... un bel émeraude, présent également dans l'oeil de cet étrange serpent en guise de médaillon, désormais visible sans ses vêtements.
L'ouroboros... la vie après la mort, la renaissance, la vie éternelle.. le serpent se mordant la queue, nullement le symbole du Mal mais représentant sa propre renaissance.. entre ses bras...

Sa main dans ses cheveux ensorcellait ses sens... Harry... son petit sorcier... il lui avait jeté un bien étrange mais ô combien douceureux sort... et quoi d'autre de plus belle prison que celle de ses bras... ? Si tant est que cela lui permettait d'être prés de lui et à lui, elle voulait bien être son esclave...
Tout se déroulait dans un rêve iréel, et la magie en elle-même prenait tout son sens... Si réellement ceci n'était que le fruit de ses songes, puisse-t-elle ne jamais, ô grand jamais, devoir se réveiller...
Ses mains glissèrent de nouveau vers les derniers tissus qui pouvaient encore la couvrir; elle ferma lentement les yeux afin de mieux percevoir ses gestes, sa peau brûlante contre la sienne...
Se donner toute entière et partager ce don avec lui... ensemble contre le monde entier, cette pensée était tellement belle...

Ils avaient toujours demeurés ensemble, à deux... partageant des choses uniques que personne ne pouvait leur voler... Mais malgré cela, la distance avait perdurée jusqu'à cette nuit... un pont avait relié les deux rives et à cet instant, plus aucune parcelle d'air ne les séparaient... plus rien ne les séparaient... et elle en fut certaine lorsqu'il l'enlaca et déposa un baiser rassurant sur son front.

Sensation virevoltante, ennivrante, être tout à lui et, lui-même, être tout à elle... ensemble, tout les deux, se dresser contre le passé et l'avenir en prouvant qu'ils n'avaient besoin de personne pour être heureux... juste.. à deux...

Un léger tressaillement face à ses mains qui lentement caressaient chaque parcelle de sa peau désormais nue, un bref soupir échappé traduisant la joie tant relative qu'absolue et emprisonnée dans la seconde souveraine.
Elle-même laissa s'égarer ses propres mains timides dans le dos de l'être aimé, vagabondant jusqu'au creux de ses reins pour remonter lentement sur le torse, apprennant la moindre de ses courbes et de ses creux... mémorisant ses traits, vivant ses gestes, aimant chaque partie de lui aussi fort qu'elle pouvait l'aimer...
Leur étreinte se ressera sensiblement et en réponse, elle laissa ses cuisses glisser de chaque côté de la taille de Harry. Elle ne pouvait masquer les légers tremblements qui l'animait, car techniquement elle n'avait jamais vécu ce genre d'experience... mais n'était-ce pas plus doux encore ? Pouvoir vivre, aimer, et apprendre auprès de Harry.. elle avait confiance en lui. Elle donnerait même sa vie entre ses mains, puisqu'il était sa vie... il était ce souffle devenu quelque peu saccadé, il était ce battement effrené de son coeur contre lui...

Hedwige glissa langoureusement ses bras da son dos, égarant sa main dans sa chevelure de jais, son visage enfouit dans son cou et sa délicieuse odeur en guise de repère... Effacer la moindre distance... la moindre petite bulle d'air...
Sa main qui avait demeuré dans son dos se crispa lentement alors qu'Harry amorça un léger mouvement du bassin... pourtant, loin de reculer ni même de céder à la panique, elle ressera leur étreinte avec l'energie du désespoir, comme si elle désirait se fondre en lui...
Son souffle fut suspendu à l'instant même où il entra en elle, où le temps s'arrêta dans sa folle course, mais aussi où son coeur, au contraire, battait comme jamais il n'avait pu battre auparavant.
Elle le devinait doux (xD) et tendre, employant maints secondes afin de nullement lui donner l'impression de la brusquer... et elle l'aima pour ça, tout autant qu'elle l'avait toujours aimé, jusque dans ses moindres défauts devenues qualités à ses yeux...
Elle étouffa un imperceptible gémissement dans son cou, à mesure que montaient en elle ces émotions inattendues et ô combien uniques...
Ses mots, rares et précieux, se glissèrent lentement en elle au même titre que ses mouvements emplis d'une délicatesse unique, et elle ne parvint guère à retenir une de ces larmes qui lui montaient aux yeux.
Ces larmes n'étaient pas un mal... chargées d'un espoir déjà concetrisé, d'un voeu déjà réalisé, d'un rêve prenant vie, ces larmes étaient emplies du simple bonheur...
Parvenant à quitter le refuge de son cou, elle glissa ss mains contre les joues du Survivant, qu'elle parcouru de tendres caresses tout en capturant ses lèvres d'un baiser rempli de passion et de gratitude... de joie et de douceur.


- Je... Je t'aime aussi... parvint-elle à murmurer d'une voix quelque peu étranglée par l'émotion, suivi d'un petit hoquet et d'une étreinte plus étroite encore.

~En fait je crois que je t'ai toujours aimé~

Un sourire se forma sur ses lèvres tremblantes qu'elle déposa de nouveau contre les siennes, le souffle court et amoureux, ses mains se glissant dans sa chevelure de jais une nouvelle fois où elle parcouru le cuir chevelu avec délectation.
Sans pour autant rompre ce baiser ayant trouvé une dimension bien différente que les précedentes embrassades un peu plus tôt, elle caressa son nez contre le sien, frôlant sa jambe avec la sienne, essayant d'user de tout son corps pour traduire tout l'amour qu'elle avait pour lui et qui était bien difficile à dire, tant il était fort...

Le médaillon, au sol au même titre que leurs vêtements, semblait luir de son émeraude d'une nouvelle lueur d'espoir emplie de promesses certaines. Des promesses qui, elle en était sûre, ne seront jamais rompues...

Pardon ? Il lui demandait pardon... mais il ne devait pas... elle devait même le remercier... le remercier pour tout, pour être là, pour l'aimer, pour l'avoir tirée de ces ténèbres...
Merci pour ses paroles, ses gestes, ses regards et ses sourires... merci pour sa peau, son cou, ses cheveux de jais.. et son rire... merci pour être Harry... mei pour être lui...
Elle peina à murmurer contre ses lèvres, les mots devenus difficiles et bien plus complexes qu'auparavant :


- Ne t'excuse pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Dim 29 Juin - 19:17

Harry Potter dans les bras de la fille de Voldemort...C'était la preuve indicible que même l'impossible n'est pas impossible. L'ex-Gryffondor se laissa glisser contre le corps de sa compagne qui l'emprisonnait de ses jambes. En temps normal Le Survivant aurait fuit; il n'aimait pas ne pas être libre de ses mouvements, condamné au contact physique qui le rebutait...Même avec Ginny c'était limite-sans doute la raison pour laquelle ils n'avaient rien fait ensemble-Mais Hedwige le connaissait par coeur après 7 ans sous le même toit à tout de partager. Ses gestes savaient apprivoiser le Brun; lui laissant cette impression de liberté salvatrice même si ce n'était pas forcément vrai.


-Ne t'excuse pas

*Si j'aurais dû*

J'aurais dû quoi Harry ? Pourquoi avoir pensé ce j'aurais dû alors qu'au fond tu sais pertinemment que ce n'est pas de ta faute, que tu ne pouvais rien faire ? Lui souffla son esprit avec douceur.Tout simplement parce que pour l'ex-Gryffondor ce qu'avait vécu Hedwige était inconcevable, tellement immoral. Harry se demandait s'il ferait mieux de se retirer pour ne pas la souiller encore plus ou de continuer pour la laver de cette violence. Elle en tout cas avait l'air d'avoir déjà fait son choix. Décidant de lui faire confiance donc le jeune homme aborda un mouvement souple de va et vient mais il était tout de même attentif au moindre signe de recul de la part d'Hedwige pour tout arrêter à temps.

Aucun des deux sorciers n'avait entendu les bruits de pas se faufilant doucement dans les escaliers. Habituellement Harry vérouillait bien son appartement et était attentif à tous les bruits autour de lui; oui mais habituellement le Survviant n'était pas amoureux ... Le jeune homme laissa s'échapper un soupir de plaisir suivit d'un gémissement; enfouissant son visage contre l'épaule de sa compagne L'Auror embrassa le cou d'Hedwige avant de se redresser un peu pour ne pas la forcer à supporter tout son poids. Il se sentait bien malgré la chaleur régnante dans la chambre; Harry aurait bien ouvert la fenêtre au dessus d'eux en oblique, celle qui épousait la forme du toit et donnait sur les étoiles...Mais il ne voulait pas se détacher de la peau soyeuse de son invitée.

-Je suis quand même ...désolé, il n'aurait pas dû, il n'aurait pas dû

Harry lui caressa doucement le visage en se demandant comment on pouvait faire ça à quelqu'un. A l'air de la jeune fille; sa façon de murmurer réponse: "ne t'excuse pas" comme une lassitude de plus sur ses épaules...Le sorcier devinait que c'était vrai, ses soupçons étaient vérédiques! Quelqu'un ou même plusieurs personne-comment savoir?- avaient touché à Hedwige, ils l'avaient forcé à l'acte et si jamais Harry leur tombait dessus...Le gentil Survivant risquait de disparaître pour devenir fou furieux; et révéler cette partie d'âme que Voldemort lui avait légué malgré lui. Un craquement dans les escaliers l'interrompit dans ses pensées et tira le jeune homme de ses caresses et pensées confuses, vengeresses. L'Auror resta un moment attentif, ses yeux plissés cherchant à distinguer quelque chose dans l'ombre...Mais son désir allumé était trop fort pour être éteint par une petite suspition et décidant impatiemment que ce n'était rien, son corps brpulant le ramena à ses câlins et mouvements souples.

Un autre gémissement lui échappa, les frissons glacés et brûlants ne cessaient de s'étendre en lui, prenant le relais au fur et à mesure que leurs ébats continuaient, doux et lents, sans violence aucune axé sur la découverte de l'autre. Harry aimait bien laisser courir ses doigts fins sur le corps d'Hedwige, s'arrêtant à chaque grain de beauté qu'il pouvait voir malgré sa mauvaise vue et la lumière faible. Il sentit plus que n'apercevait une ou deux cicatrices par ci, par là, peut-être graves, peut-être de simples égratignures? Quoiqu'il en soit l'ancien Gryffondor voulait tout découvrir, tout ce que Qu'Hedwige lui permettait; pas plus loin bien sûr.

Mais pendant ce temps le bruit s'était rapproché et la porte de la chambre s'ouvrir alors brutalement faisant sursauter le Survivant avec violence. Il repoussa vivement sa compagne-avec suffisamment de douceur toutefois pour ne pas lui faire de mal- et saisit sa baguette; transis de froid par le fait d'avoir si brutalement dû quitter ce corps et cet esprit si chaleureux ainsi que le calme de cette nuit paisible. Saisissant sa baguette d'un coup et ses lunettes le sorcier pensa "Lumos" dans sa tête et la lumière s'alluma effectivement lui faisant plisser les yeux. Remontant la couverture sur leur corps nus et protégeant Hedwige en la serrant contre elle, dérouté et pas encore vraiment sorti de son rêve éveillé si bien commencé avec sa compagne le sorcier pointa sa baguette sur l'intrus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Dim 29 Juin - 20:33

Aimer jusqu'à l'impossible...
C'était peut-être là la devise qu'Hedwige avait adopté, il y a de nombreuses années de cela déjà... Aimer de la sorte, auprès de Harry, qu'elle aimait plus que de raison...
Et pour cause... Renier ses origines, renier son passé et ignorer le futur pour vivre pleinement un présent pour le moins unique, laisser son coeur parler... lui qui avait demeuré opprimé et corrompu, souillé et muet...
Aimer jusqu'à l'imprévisible...
Jamais elle n'aurait pu lire dans ce regard émeraude, la première fois qu'elle l'avait croisé, que cette nuit là ils se seraient étreints par une multitude de passions interdites mais les calcinant interieurement avec autant d'intensité...
Aimer, se dire que c'est possible...
Et sous ses nombreuses caresses et ses mystérieux murmures, elle ne pouvait que voir d'un regard lointain les caresses bien plus inconscientes qu'il gratifiait à une chouette au plumage aussi blanc que ses cheveux...
D’aimer d'un amour invincible...
En dépit de tout ce qui pouvait les opposer, ils s'étaient unifiés depuis sept ans déjà... à travers les épreuves, à travers les pertes et les larmes versées, lorsque le sang a coulé... ils étaient deux...
Deux noms opposés, deux sang différents mais une seule et même aventure commune... et surtout, les mêmes sentiments l'un pour l'autre... les mêmes épreuves, les mêmes tristesses, le même abandon où ils s'étaient relevé ensemble, s'épaulant mutuellement...
Aimer jusqu'à l'impossible...
Car oui elle l'aimait... elle ne l'avait jamais aimé aussi fort en cet instant, et son amour ne cessera de s'accroitre au fil des minutes... peut-être même pouvait-elle espérer, au fil des années... elle rêvait d'un monde où ils pourront construire ensemble leur vie sur les cendres amères qu'ont été leurs passés...
Hedwige ne s'était jamais autant permise d'espérer si fort et si loin... et même si tout son coeur se calcinait à ses rives utopiques, elle préferait garder cette force en elle... pourtant incontrôlable... elle connaissait mieux que personne Harry, pour savoir qu'il ne fallait jamais l'emprisonner dans une cage... même si elle-même l'avait été.

Mais quelle délicieuse cage... quelle déclicieuses chaînes que cette passion...
Tout était possible, désormais...

Le moindre de ses gestes effaçaient peu à peu les vieilles blessures jusqu'alors encore ouvertes. Les larmes cessèrent de couler, son coeur cessa de saigner pour s'animer d'une flamme nouvelle... d'une flamme incroyable qu'était la vie... elle vivait. Entre ses bras, dans cette étreinte, elle vivait... enfin.
Le monde qui pouvait encore les entourer avaient d'or et déjà disparu de son champ de vision, et même de sa conception. Elle était déjà dans un tout autre monde, un monde rêvé seule et partagé à deux... Alors, jamais elle ne pu entendre ces bruits, ni même se douter d'une quelconque intrusion.
Pour elle, plus rien ne pouvaient les atteindre... Naïves pensées, mais pensées innocentes... Une innocence qu'elle pensait avoir perdue.
Finalement, ne restaient que ces traces qu'Harry parcourait de ses mains, où le moindre frôlement pansaient ses plaies et les rendaient alors inexistantes. Pourtant, elle savait, au fond d'elle, qu'il savait aussi... habituellement, cette simple pensée aurait préoccupé son esprit tout entier pour ne laisser rien d'autre, mais son esprit lui-même était en offrande à celui qu'elle aimait.
Et puis... pourquoi s'en soucier maintenant, maintenant qu'elle pouvait enfin trouver à cet acte un charme indéniable, maintenant qu'elle pouvait trouver un bien à quelque chose qui l'avait fait souffrir...
Et le passé était derrière elle... le passé ne la hantera plus. L'avenir ne l'angoissera pas. Ne restait que l'instant présent, envers qui cette fois, elle ne laissera pas s'échapper...

Elle ne reculera pas.

Soudainement consciente de l'étreinte qu'elle pouvait lui gratifier, elle détacha peu à peu ses jambes de sa taille pour ne laisser que ses cuisses serrées contre ses hanches, beaucoup plus rassurée que les premières secondes... elle s'abandonna à cette valse ennivrante et à cette union passionnelle, parcourant de ses lèvres la moindre parcelle de l'épiderme de Harry qu'elle pouvait atteindre tout en laissant échapper quelques gémissements devenus difficilement refrenables.
Merlin, qu'elle l'aimait...
Il lui caressa le visage, confirmant ses pensées, soucieux pour elle... peut-être avait-il peur de raviver des mauvais souvenirs ? Cela devait être dur pour lui, en proie aux doutes... Elle lui prit doucement sa main sans pour autant l'éloigner de son visage, la serrant quelque peu entre ses doigts et cherchant un souffle qui ne cessait de s'échapper.


- Je sais... Harry... je t'aime... je t'aime tant...

Elle déposa quelques doux baisers sur les doigts brièvemment emprisonnés, qu'elle dessera légèrement afin de ne nullement l'inquiéter. C'était peut-être un instinct animal, de sentir cette part blessée en quelqu'un... et cela ne tranquilisait pas Harry...
Jamais on ne s'était souciée pour elle de ce qu'elle pouvait ressentir... Harry était le premier, et elle n'en était que plus amoureuse encore... Ou plutôt, non, elle n'était pas amoureuse... Elle l'aimait, tout simplement...
C'était tout ce qu'elle avait pu espérer de la part du Destin. Un peu d'amour, de la part de quelqu'un... Et ce quelqu'un était Harry... pour qui elle était prête à tout, pour qui elle donnerait tout...
Et au diable la querelle entre gendre et beau-papa xD

Quelque chose sembla soudainement attirer l'attention de Harry. Hedwige n'était pas dotée de la même ouïe et, à défaut de sa capacité standart auditive, elle pouvait aisémment voir dans la nuit... D'ailleurs, plus elle y songeait, plus elle se disait que ce n'était pas à armes égales, et qu'il était injuste qu'elle ait le droit de voir et pas lui xD
De toute évidence, elle n'était pas aussi inquiète, et caressa tendrement le dos de Harry afin de l'apaiser. Quelques secondes plus tard - à moins que ce ne soit des minutes ? Des heures ? Toute notion du temps s'était estompée de son être... - Harry reporta son entière attention à leur étreinte.
Elle émit un soupir de plaisir, crispant tant et si bien sa main dans son dos qu'elle le griffa légèrement et inconsciemment. Son coeur avait calqué un rythme puissant avec le sien, ses lèvres s'égaraient sur sa peau, trouvant parfois une égratinure qu'elle s'empressait alors d'embrasser, espérant à son tour le guérir d'une quelconque tourmente...
Plus leur étreinte perdurait et plus l'acte en lui même gagnait en intensité, venant à la faire s'interroger; y avait-il des limites, y avait-il une fin... ?
Elle souhaiterait presque qu'il n'y en ai guère, resserant l'étreinte de son bras presque suppliant à sa taille, avant de soudainement mordiller légèrement la lèvre inferieure de l'être aimé tout en gémissant d'une voix fièvreuse :


- Harry...

Il multipliait les caresses, faisant frémir son corps de plus bel, le soumettant presque à un doux supplice. Jamais elle n'aurait pu se douter que quelque chose, quelqu'un vienne aussi soudainement noircir ce si tendre tableau.
Le claquement de la porte lui fit exactement le même effet que si on lui eu jetté un seau d'eau glacée sur la tête. Un frisson glacial s'infiltra en elle toute entière, donnant un violent et ô combien douloureux contraste avec cette ardente étreinte où elle avait du anéantir son thermomètre interne.
Harry réagit plus rapidement et leur étreinte fut brisée aussitôt par la distance, puis les mesures de securité nécessaires.
Un peu étourdie par la brusque solitude qui venait de s'abattre sur ses épaules, elle n'eut guère le reflexe de s'armer à son tour et s'appliqua plutôt à masquer sa vision afin de ne pas être trop éblouie par la lumière soudaine qui avait inondé la pièce.
Elle voyait dans le noir, mais cette capacité avait un prix et un trop soudain changement de luminosité réduisait considérablement sa vision durant plusieurs et longues secondes.
Elle chercha presque à tâtons Harry qui l'entoura de son bras pour la gratifier d'une étreinte protectrice, les recouvrant de la couverture et ce geste l'exposa violemment à une terrible possibilité qui la laissa de glace : et si c'était un mangemort ?

Si c'était Voldemort lui-même ? Elle paraissait s'emballer mais elle venait de faire exactement ce qui aurait pu mettre son horrible père en pétards, cette nuit là... et en sachant la redoutable liaison qui existait entre Harry et Voldemort, était-il possible que... ?
Ses yeux s'habituèrent peu à peu à la lumière, mais la terreur l'empêchait de chercher à savoir qui se tenait à l'embrasure de la porte... Elle se serrait contre Harry en calculant la distance qui la séparait de sa baguette. C'était étrange, mais ce qui la faisait se sentir plus vulnérable n'était pas d'être désarmée, mais de ne pas posséder son médaillon sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Dim 29 Juin - 23:34

-Je vois que tu apprécie ça petite traînée, je l'ai toujours su au fond. Pourquoi m'as-tu abandonné ? Je t'ai tout donné! Tu me dois tout et...

-Assez

gronda Harry; ses yeux d'émeraude se logeant au creux de celles de l'individu. A sa façon de parler à Hedwige il devinait que l'intrus appartenait au passé de la jeune fille. Peu enclin à ce que l'on viole impunément son intimité et que l'on blesse sa compagne; l'ancien Gryffondor abordait une mine fermée presque haineuse. Son regard alla jusqu'à l'étranger et s'y arrêta sans se baisser ou montrer de signe de faiblesse malgré son infériorité. En effet dans la situation présente le Survivant n'était pas très aidé. Assis, nu dans son lit et encore surprit par les événements il peinait à réaliser tandis que l'individu savait ce qui pouvait se passer en venant ici et avait probablement tout planifié. Harry espérait bien -un peu trop peut-être- arrêter l'intrus pour lui poser des questions: comment avait-il su que Hedwige était là ? Et comment était-il entré ici ? Et surtout qui était-il ? Sa cicatrice ne le brûlait pas au contraire de ses joues; ce n'était donc pas un mangemort et tant mieux...Si ça avait été le cas sans aucun doute, le mangemort se serait précipité raconter à Voldemort qu'il était en train de devenir le "beau-père" de son ennemi juré: Harry Potter.

L'autre ne semblait pas l'avoir reconnu, pas encore tout du moins; sans doute à cause de la faible intensité de lumière bien que cette dernière soit allumée...Ou parce qu'une mèche de cheveux cachait son front. Le jeune homme esquissa une vague pression sur le bras de sa compagne pour essayer de la rassurer, sa colère et sa surprise passée lui non plus n'était plus tellement sûr. Sa baguette s'abaissa légèrement tandis que ses prunelles d'un vert pur sillonnaient le visage de l'autre dans l'espoir vain de le reconnaître. 45 à 50 ans; des cheveux ras grisonnant...Une musculature herculéenne avec un peu de gras au ventre toutefois; un étrange mélange qui lui donnait une mine patibulaire. Ses petits yeux vifs et noirs donnaient l'impression d'un tunnel se refermant peu à peu dont on ne pouvait plus s'extraire. Harry n'osait pas quitter le lit; dénudé ce n'était sûrement pas la chose à faire...Quoique, cette pudeur était un peu stupide en cas d'urgence mais bon pour l'instant le Survivant avait bel et bien l'intention de continuer à protéger avec la couverture le peu de dignité qui leur restait.

-Qui êtes-vous ?

Question habituelle lancé avec l'air effronté d'une jeunesse fougueuse; cela fit doucement rire l'homme qui s'amusait de l'âge des deux amants; un âge où l'on ne savait rien de la vie et où la colère dominante faisait commettre des erreurs. Malgré sa jalousie pour le corps d'Hedwige il semblait les trouver mivgnons tous les deux comme ça, surprit en plein dans leurs tendres ébats mièvres bercés de je t'aime dégoûlinants et stupides.

-Je croyais que Malicia choisirait quelqu'un de plus original. Qui êtes vous, enfin voyons, quel intérêt cela a-t-il ? Pourquoi tout le monde veut savoir qui est qui? L'important c'est le quoi et le pourquoi. Ce quoi pour qu'est-ce que je vais vous faire et ce pourquoi parce cette petite catin m'a trahie

Il regarda Hedwige directement en s'adressant à elle d'un ton presque doux

-Rappelle-toi, tu as une dette envers moi, tout ce que je t'ai appris...Tu lui as échappé grâce à mon enseignement, tu m'appartiens !!! Je peux très bien renier mon serment à mon tour ma jolie et te livrer en main propre à ton cher papa. Mais au fait, as-tu raconté à ton amant qui était ton "cher papa"

-Je sais qui il est et je m'en fiche. Votre chantage ne marchera pas Hedwige restera ici si elle le veut, personne n'appartient à personne.

Cerné Harry reprit la couverture et les entoura tous les deux, ce qui fit rire l'homme qui dans leur situation, n'aurait même pas rougit...Il se fichait du regard des autres et personne n'allait l'empêcher de prendre du bon temps; la honte, la confusion c'était pour les faibles. Il voulait Hedwige car il l'aimait, à sa façon certes mais il l'aimait. Ses yeux d'ambre plein de mélancolie et son corps tremblottant de peur; sa façon de se tenir, de faire les choses ou de parler, il était obsédé...Il sourit encore, malgré les 7 ans de passés il savait qu'elle le reconnaîtrait.

-Qui est-il ?


Murmura Harry à l'oreille de sa compagne finalement. Lui, sourit encore plus; il savait bien entendu ce que le Survivant avait soufflé à Hedwige, c'était si...prévisible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Hedwige Malicia Jedusor
Membre de l'Ordre
Membre de l'Ordre
avatar

Nombre de messages : 409
Age : 27
Statut : Ohhh... une ombre derrière toi....
Age du Perso : 18 ans
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Lun 30 Juin - 2:21

Très vite l'effroi se décupla jusqu'à atteindre son paroxysme. Ce n'était pas Voldemort... c'était bien pire...
La torpeur passionelle qui engourdissait jusqu'alors son esprit et son corps se dissipa en l'espace de cette seconde effroyable où elle vit surgir de son passé le fantôme d'un démon...

~Et le passé était derrière elle... le passé ne la hantera plus. L'avenir ne l'angoissera pas.~

Avait-elle vraiment pu songer à cela, l'espace d'un instant ? Comment avat-elle pu croire, coment avait-elle osé se bercer de l'illusion d'avoir tiré un trait sur son passé, comme on se débarasse d'une mouche trop agaçante ? Il ne suffisait pas de chiffonner le papier et le jeter dans la corbeille.
Car, au fond... le passé finira toujours par revenir.
Surtout si le passé était encore vivant...

Ses yeux écarquillés par la stupeur, elle encaissait duremment le choc de cette rencontre à la fois inattendue et inesperée... inesperée dans le sens de ça-va-faire-mal. Apparament, elle était tellement boulversée qu'elle sursauta à l'intervention de Harry, comme si elle avait pu oublier sa présence en dépit de l'étreinte qui la blotissait contre lui.
Mais chaque parole échangée lui parvenait assourdie à ses oreilles, où seul son coeur pulsait, alimenté par le tourbillon du sang impur qui pouvait couler dans ses veines encore à cette seconde...
De leur union ne restait plus en elle qu'un courant glaçé, ce tremblement inconsciente parcourant son corps replié sur lui-même, reflexe défensif qu'elle avait depuis bien longtemps adopté en étant enfant, à cette vision...

Sa vision en elle-même était alterée par la peur soudaine. Ses cauchemars d'enfant reprenaient le dessus et prenaient vie, allant même jusqu'à hanter cette vie qu'elle avait pu construire avec tant de soin auprès de Harry... non, d'ailleurs, ce n'était rien d'autre qu'un affreux cauchemar... elle était endormie dans les bras de Harry et elle allait se réveiller, ceci n'était nullement la réalité... c'était tout bonnement impossible...
Tout était plongé dans un amas confus de ténèbres, et l'étreinte de Harry en elle-même ne lui procurait guère la chaleur suffisante pour la rassurer. Ce qu'elle voulait, c'était qu'Il s'en aille... Qu'Il disparaisse de sa vie... qu'Il cesse de détruire ce qu'elle pouvait encore posséder...
Ces yeux... Ce regard... Ce regard glaçé, ces gouffres amers qui semblaient rire de son désespoir alors qu'il lui demandait tranquillement de retirer sa robe... cet air tranquille, que jamais la culpabilité ou le regret n'était venu le faucher alors qu'il poursuivait tranquillement ses leçons, expliquant l'histoire de la magie ou encore la métamorphose...
Ces mains qui l'avaient rarement giflées, mais qui en s'aventurant sur son corps frémissant de peur avait porté des blessures plus profondes et plus douloureuses... Tout en lui était synonyme de cauchemars... de douleur...

Malicia.. Voilà bien longtemps qu'on ne l'appelait plus par ce nom...

Hedwige crispa ses mains sur la couverture qu'elle tira légèrement contre elle, essayant désesperemment de masquer les larmes nerveuses qui noyait son regard dans un paysage confus et amer.
Elle avait l'impression terrible de faire un bond dans le passé, tout aussi dénudée face à ce criminel qui avait tué sa part d'innocence et volé son enfance...
Sa gorge était serrée à l'en étouffer, si bien qu'elle demeurait muette, laissant les mots cruels de cet homme la heurter toujours un peu plus. Après tout, c'était ce qu'il y avait de mieux à faire... Encaisser sans rien dire, attendre que tout est fini... C'était bien ce qu'elle faisait auparavant, non.. ?

L'homme ébaucha un froid sourire, inclinant lentement la tête sur le côté, comme étudiant un tableau particulièrement intéressant.


- Comme c'est touchant. Le preux chevalier vient au secours de sa donzelle...

Après maints songes... elle aurait préferé que ce soit Voldemort et non pas cet homme, devant cette porte, condamnant la dernière issue de secours...

- Mais ce n'est pas un poids plume dans ton genre qui va me dicter ce que je dois faire ou non. Chacun son tour... prends ton mal en patience...

Un nouveau sourire carnassier.

Un espoir bien égoïste car, de toute évidence, Harry aurait préferé le contraire. Quelle idiote...
Elle aurait tant voulu également épargner à Harry cet aspect de sa vie... C'était lui qui devait être épargné... lui qui souffrait de cette situation où il ne savait rien et était confronté aux doutes, aux inquiètudes...
Pire, et si cet homme s'en prenait à Harry ?
Cet homme surgissait sans crier gare d'un passé qu'elle croyait révolu, apportant avec lui son lot de tourmentes qui la paralysait d'un effroi enfantin... elle était aussi terrifiée qu'Harry avait pu l'être cette nuit là en proie aux cauchemars... A la différence que pour Hedwige, cet homme était bien réel... et qu'elle ne pouvait le chasser de ses songes en se réveillant...
Leur étrente se ressera, d'une part par son désir de protéger Harry de cette facette sombre de son passé, tout en cherchant elle-même un quelconque espoir de s'en sortir...

La dure réalité était d'or et déjà présente sous ses yeux embrumés de larmes silencieuses. Ses mots durs la poignardait un peu plus.
Trainée... catin...
Et il avait peut-être raison...
Elle ne vallait pas mieux, pour avoir cédé autrefois à des calins forcés... pour avoir du elle-même user de ses mains, ou même de sa bouche, car être passive ne lui avait plus suffit...
Et elle avait osé toucher Harry... avec ces mains souillés, avec cette bouche déchue...
Sans lui, il est vrai qu'elle aurait probablement déperit dans cette ruelle enneigée, morte de froid ou de faim... ou même, elle serait devenue un monstre comme son père.. soumise à une éducation barbare, pour finalement appliquer cette même barbarie aux autres... Peut-être même n'aurait-elle jamais rencontré Harry...

Et cette rencontre n'avait aucuns prix... pas même le prix de l'innocence ou des larmes versées...
Mais la liberté était également indéniable... et s'il aurait fallut qu'elle subisse de nouveaux sévices de la part de cet homme, elle aurait mille fois préferé la mort à une agonie lente et subjective...


~Qui est-il ?~

- Un cauchemar... murmura-t-elle sans même reconnaitre sa propre voix.

Elle ressera leur étreinte, cherchant un courage quelconque qu'elle ne saurait trouver à l'instant même...
Tremblante entre ses bras protecteurs, elle ferma brièvemment les yeux en cherchant à effacer cette vision de sa vie, laissant perler quelques larmes sur sa joue. Quand elle ouvrira les yeux... Il ne sera plus là... Il ne sera plus là...

Une poigne de fer se referma sur son bras, la forçant à rouvrir les yeux. Son sang se figea lentement dans ses veines en découvrant que cette vision n'était guère le fruit de son imagination, et qu'elle tenait Harry en joue de sa baguette pointée; lui broyant le bras.

Elle laissa échapper un glapissement terrifié et plongea vers le sol, essayant de saisir la baguette dans le tas de vêtements ainsi que le médaillon, une main serrée sur la couverture qu'elle tira quelque peu de ce fait.
Elle ne voulait pas qu'il la voit ainsi... Elle ne pouvait plus suporter son regard sur elle... sur son corps, agissant comme un couteau et mutilant sa chair d'un simple coup d'oeil... elle ne voulait pas lui céder le plaisir de reluquer son évolution durant ces sept années...
Elle aurait aimé disparaitre sur place, ne pouvant guère parti d'ici pour la simple et bonne raison que la seule présence rassurante était Harry...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hedwige-tit-ange.skyblog.com
Harry Potter
Le Survivant
Le Survivant
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 30
Statut : Là où il ne faut pas
Age du Perso : 18 Ans
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   Lun 30 Juin - 19:07

- Comme c'est touchant. Le preux chevalier vient au secours de sa donzelle...Mais ce n'est pas
un poids plume dans ton genre qui va me dicter ce que je dois faire ou
non.

Harry répondit à son sourire carnassier par une mimique évoquant le dégoût voir même une pointe d'amusement; il reprit les termes de l'autre utilisés précédemment

-Moi aussi je vous aurais cru plus original; vous n'avez donc jamais appris à ne par juger au physique et à l'allure ?

Fit l'ex-Gryffondor avec un air narquois. Le fait d'avoir été interrompu ne semblait vraiment pas lui plaire; et malgré la peur bien légitime qui le faisait frissonner le Survivant abordait une mine renfrognée et un timbre de voix sec, sans appel. Harry profita du fait que l'homme "discutait" avec sa compagne ne l'appelant étrangement Malicia pour se saisir d'un peignoir non loin et de le passer en vitesse; malheureusement rien ne semblait enfilable pour la jeune fille mais peut-être trouverait-elle quelque chose rapidement si l'intrus détournait les yeux. Enfin le plus important n'était pas là même si ça l'était un peu quand même.

- Un cauchemar.

-Alors je vais te réveiller pour l'effacer

Répondit le Survivant en sortant brutalement du lit; vêtu de sa robe de chambre aussi noire que ses cheveux bordée d'une liseret aussi vert que ses yeux. Le jeune homme s'avança vers l'individu malgré sa crainte. L'adversaire était bien plus grand que Harry et plus barraqué mais après tout, qui avait dit que la force brute l'emportait toujours ? Le Brun avait pour lui la détermination, l'agilité et la souplesse, tandis que l'autre en face disposait de la confiance en soi et de l'expérience. Soudain l'étrange cauchemar attrapa le bras d'Hedwige et le tenait en joue. Le Sorcier en colère par ce fait intolérable commençait petit à petit à comprendre ce qui unissait l'homme et sa compagne...C'était lui, lui qui désirait son corps, ça se voyait! Le violeur, ce ne pouvait qu'être lui vu la position d'Hedwige et son regard inquisiteur; sa prétention à la connaître et ce menson horrible: "tu m'appartiens".

-Chacun son tour... prends ton mal en patience...

-Le problème...C'est que je n'ai jamais été patient


Siffla l'ancien Rouge et Or furieux. Le Brun ne savait pas s'il pouvait faire face, si il avait une chance de l'empêcher de s'en prendre à Hedwige mais cela étant dit, il ne se laisserait pas faire sans agir...Quelque soit le résultat. Harry pointa l'homme de sa baguette en espérant, par cette provocation dévier l'attention du sorcier sur lui; il essaya d'ouvrir la fenêtre au-dessus de lui mais c'était dur car les rebords étaient rouillés...Il y parvint enfin mais s'abîma la main sur un clou qui ressortait; laissant quelques perles rouges sur la fenêtre.

-Va-t-en Hedwige !

Et tant pis si l'homme grillait la couverture de sa compagne, il y avait des milliers de chouettes de neiges et puis...Rien n'était plus urgent que d'éloigner la jeune fille de cet individu. Harry avait parlé d'une voix sans appelle; c'était presque un ordre même si ce n'était pas tout à fait le cas. Sa voix évoquait la crainte et l'inquiétude si l'on faisait bien attention, si l'on analysait bien le timbre utilisé et l'homme l'avait sans doute deviné vu son expérience.

-Alors Malicia, tu vas encore t'envoler, comme toujours...Fuir ? Tu n'es bonne qu'à ça de toutes façons...C'est bien pour fuir que tu m'a demandé de t'apprendre à voler n'est-ce pas ?

-Ne l'écoute pas-
Dit Harry en colère.-Il essaye de te rabaisser, c'est un piège, va-t-en !

-Toi tu commences à m'énerver

Le Survivant ne s'attendait pas à ce que l'homme s'approche si rapidement de lui; il lui flanqua un revers impressionant et Harry déséquilibré buta sur le lit; Ses cheveux suivirent le mouvement jetés brutalement en arrière...Maintenant l'individu pourrait sûrement voir qui il était ! Pourvu qu'Hedwige en profite pour s'échapper et aller chercher de l'aide !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calli-kayan.rain-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Appartement de Harry Potter   

Revenir en haut Aller en bas
 
Appartement de Harry Potter
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» Harry Potter ( l'Elu )
» [Présentation] Chargée de communauté LEGO Harry Potter [Validée]
» Mes créas Harry Potter
» Murder Party Harry Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last School - Ou fini la réalité? Ou commence l'illusion? :: 

Ou l'art de se divertir

 :: 
La boite à souvenirs
 :: Ancien LS
-
Sauter vers: