AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aileen Cornac [legilimens, en COURS]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aileen Cornac
Garde du corps ministériel. En fuite. Ancienne Mangemort.
avatar

Nombre de messages : 5
Age : 25
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Aileen Cornac [legilimens, en COURS]   Sam 12 Juil - 19:46

Nom prénom du personnage: Aileen Mescaline Ethel Cornac

Age Rp: 20 ans

Motivation et raison pour devenir Legilimens

Quelle importance que la corpulence, la stature physique et corporelle, détestable enveloppe charnelle qui tire portrait moral et décide bien trop souvent des visions d’une rencontre aussi futile soit-elle. Non… L’important réside dans l’esprit et les méandres, sournoises ou généreuses, qui forment l’esprit humain. Cette vérité universelle, chacun rêve de la pousser à ses limites et de percer les limites du secret. Cette attirance commune, Aileen la veut et la désire plus que tout au monde et caresse amoureusement l’idée d’en faire une propriété. De plus, le statut de réfugiée de la jeune femme fait de ce don un art indispensable et des plus bénéfique. Depuis longtemps, la fuite est devenue un chemin plus difficile, plus délicat a creuser et surtout plus dangereux : un pouvoir aussi puissant et aiguisé que celui de legilimens n’assure qu’une indispensable sécurité et des portes multiples faire un avenir peut être plus facile, renforçant les sens de la méfiance et d’un scepticisme indispensable a la survie.

RP:

C’est douloureux… Ce pouvoir change la vie d’un homme…


"Tu m'aimes ?"

"..."Il y a des choses que l’on murmure, au creux d’une oreille distincte et attentive, d’une voix douce, d’un souffle inaudible, des mots forts et lourds de significations précises et de convictions inébranlables auxquelles la réponse vient d’elle-même, instinctive et présente. Mais ce mot futile qu’était l’amour, la jolie irlandaise ne l’avait jamais prononcée qu’a contrecœur, pleine d’amertume tandis que la phrase tombait a la manière d’une sentence, vide et creuse, du bout de ses lèvres pâles. Cet homme, blond au corps athlétique et aux muscles saillants du haut de sa trentaine d’années avait été plus délicat qu’elle ne l’avait imaginé a séduire, revêche et méfiant au premier abord, l’alliance mordorée en évidence entre ses doigts, son sourire prompte et chaleureux se fermant a chacune des tentatives, grossières ou habiles, de la jeune femme pour glisser une main innocente dans la masse de cheveux ternes et lissés avec minutie. Il avait fallut multiplier les rendez vous professionnels et ajuster avec soin les sourires opportuns, minauder sous ses plaisanteries douteuses et dénudés de réel intérêt, faire part de son admiration pour un métier des plus lassant et comblé d’un ennui morne que ponctuait des heures régulières. Les rebuffades avaient été nombreuses, laissant la belle perplexe à une nouvelle approche pour deviner, ses doigts effleurant ses lèvres, les points sensibles de sa proie. Entreprenante les premiers jours, elle avait radicalement changé de méthode au cours des heures suivantes, marquant une stratégie récemment élaborée, mimant une timidité maladive, multipliant les sourires gênés et les regards fuyants pour finalement atteindre le cœur de l’homme et briser une vie de couple gentiment entretenue. Elle avait été déçue de la soirée dans un premier temps, restant placide et amère devant des capacités d’amant qu’elle avait crues plus prépondérantes mais avait finalement écarter l’idée d’un geste hautain : elle avait eu ce qu’elle voulait et ses griffes se refermait lentement vers les secrets aigres et confidentiels en possession de l’homme, membre imminent du bureau des aurors et source indispensable. Ses mains entouraient le torse nu, ses ongles s’enfonçant avec violence dans la chair mat, sourire carnassier étincelant invisible dans la nuit tandis que ses cheveux blancs retombaient sur les draps, accroupie sur son interlocuteur.

« Auror… c’est un travail harassant non ? » susurra la jeune femme, murmure confident. « Dis moi… Hernius McGorry… C’est un mangemort également ? Vous n’avez aucune idée d’où il peut être aujourd’hui ? »

« Je ne sais pas Ethel… Les doutes sont forts mais je comprends ton inquiétude. Malheureusement, il nous échappe plus que tout autre et nul ne serait dire si il est encore en Irlande. »La demoiselle dissimula sa déception, se contentant d’un hochement de tête maussade en découvrant le peu d’intérêt et du manque cruel d’information. Il lui avait fallut du temps, des trésors de persévérances et des efforts sans précédent pour récolter ces maigres ressources qui lui indiquaient juste une nouvelle défaite à cumuler a celles des jours derniers, rendant plus amère encore la nouvelle. Il ne servait a rien et si l’information devenait pressante a ses yeux verts.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Aileen Cornac [legilimens, en COURS]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» cours de dysenterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last School - Ou fini la réalité? Ou commence l'illusion? :: 

Ou l'art de se divertir

 :: 
La boite à souvenirs
 :: Ancien LS
-
Sauter vers: