AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Animagus] Aaron Millers

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Millers
Auror, profondément alcoolique & amant caché de la fondatrice...
Auror, profondément alcoolique & amant caché de la fondatrice...
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2008

MessageSujet: [Animagus] Aaron Millers   Ven 11 Avr - 19:53

Like a Star @ heaven Nom, prénom: Millers, Aaron.
Like a Star @ heaven Age: 37 ans.
Like a Star @ heaven RP: [Part One]

Il faisait nuit. Une simple petite brise timide venait atténuer la chaleur moite de cette nuit très sombre, et le silence clamait que l'heure était depuis longtemps aux songes. La rue, si animée d'ordinaire, dormait paisiblement, bercée parfois par le ronronnement lointain d'une voiture. Le craquement sonore qui retentit au bout de Neptune's Alley, sur les coups de 3 heures du matin, était donc le premier évènement troublant de la soirée.

Aaron frissonna d'inconfort lorsque son transplanage fut totalement achevé et qu'il apparut à l'angle Nord du lotissement. Il avait passé sa soirée dans un endroit tout autre, beaucoup plus froid et beaucoup plus bruyant, et la différence entre les deux le laissait quelque peu destabilisé. Après quelques secondes, il se décida tout de même à remonter la rue, un brin satisfait de n'avoir mis que sa veste en cuir par-dessus ses vêtements tant il faisait chaud.

Certes, la majeure partie de sa soirée n'avait été que saoûlerie, comme d'habitude. Mais il avait fait bien pire, ce soir... Une décision qui n'avait que peu mûri, plutôt quelque chose d'instinctif qui l'avait poussé à rejoindre le clan des héros... Aaron l'Auror alcoolique était désormais Millers, l'Auror tout aussi alcoolique mais membre du puissant Ordre du Phénix. Devenait-il un emblème du courage pour ça? Devait-il se sentir incroyablement plus fort? Hum, il en doutait, en fait. Mais c'est ce qui lui avait semblé juste, sur le moment... Juste et tellement symbolique, comme renouvelant sa foi à celui qui avait été jadis son idole: Albus Dumbledore.

La démarche d'Aaron était quelque peu vacillante. Le regard complètement vitreux, il cherchait du regard sa maison, un peu en retrait par rapport à ses voisins, guettant la moindre trace de l'allée de gravillons gris. Tous les soirs, c'était exactement la même chose: il remontait cette foutue rue, la gueule en vrac et les idées peu claires, maudissant tout et tout le monde - surtout tout le monde - jusqu'à ce qu'il arrive à sa chère porte. Evidemment, aujourd'hui, ses pensées étaient tout autres...

S'engager dans l'Ordre du Phénix... Voila qui pouvait facilement trôner dans la liste des plus belles conneries de sa vie! Déjà Auror, Aaron affichait malgré lui sa préférence entre le Bien et le Mal, mais avoir juré allégeance à la mémoire de Dumbledore et à ses idéaux constituait clairement son envie de démanteler ce qu'il pouvait rester des Mangemorts. Il aurait beaucoup de chance s'il ne se faisait pas égorger dans une ruelle sombre de l'Allée des Embrumes, un soir en rentrant du Ministère... Quoique, c'était peut-être ce qu'il espérait, après tout...

Il ne s'était pas encore rendu au fameux Square où l'attendait, certainement pimpant, le petit comité d'Accueil de l'Ordre du Phénix. Ca ne pressait pas. Aaron n'avait pas vraiment la tête à rencontrer une bande de Mages blancs plein d'espoir qui lui soutiendraient avec passion que la victoire était dans leur camp et qu'il convenait de faire des sacrifices. Encore et toujours des sacrifices...

Aaron prit un petit chemin d'herbe, sur sa gauche. L'allée de gravillons était bien là, et soulagé, comme s'il avait eu un instant peur de s'être trompé de village, il s'y engagea en resserrant l'étreinte qu'il portait à l'objet si précieux qu'il tenait en main. Ah, ça, il en aurait bien besoin... C'était presque une clause dans le contrat signé par les membres de l'Ordre, quelque chose qu'il lui fallait faire s'il voulait être aussi opérationnel que les autres... Et puis, ça avait quelque chose d'exaltant, non? Ca... C'est certainement ce qu'aurait pensé Aaron s'il avait pu savoir ce qu'être exalté voulait dire...

Il pénétra dans sa maison en soupirant, refermant sèchement sa porte derrière lui, du bout du pied. Il n'avait plus que 4 heures avant de devoir aller au Ministère, alors autant se mettre à bouquiner tout de suite. Plus il commencerait tôt, mieux ça vaudrait. On disait que ça pourrait lui prendre des années... Tss, si dans une semaine, ce n'était pas fait, il abandonnait! Pas que ça à faire...

Quelques minutes plus tard, il était plus ou moins confortablement calé dans son canapé, en t-shirt/caleçon, et s'efforçait de lire ce livre, dont la couverture écaillée ne laissait plus rien voir au titre. Ses yeux passaient difficilement d'une ligne à une autre et il marmonnait, comme si le texte avait été d'une trop importante difficulté.

- " Peau de serpent d'arbre du cap, sisymbre... Nan, mais j'vais trouver ça où, moi..."

La question se posait, en effet. Pour les crins de licorne et l'essence de crabe, il pourrait peut-être fouiner au Chemin de Traverse et en dégotter pour pas trop cher, avec un peu de chance... mais pour le reste... Dans l'allée des embrumes, sans doute, mais il ne faisait pas bon d'y traîner, comme il s'obligeait à le croire... Il lui restait la solution de demander un peu partout autour de lui où de trouver un apothicaire spécialisé. Et dans le pire des cas, d'allers chercher ses ingrédients à la source.

Aaron eut un profond soupir, complètement découragé. Moui, finalement, il n'était pas aussi simple de devenir Animagus.

--
Biiiiip, biiiip, biiiiiiip, biiiiiiiiiip... Aaron rouvrit péniblement les yeux. Le visage collé contre son livre, il appuya rageusement sur sa montre pour qu'elle cesse de sonner et soupira. L'heure d'aller bosser, ô joie... Redressant sa tête, endolorie par sa position nocturne, Aaron déchira la page qu'il lisait avant de s'endormir, abondemment tartinée de bave. S'endormir sur un bouquin, c'était bien quelque chose qui ne lui arrivait pas souvent...

L'Auror contempla la page déchirée, jaunie, un bref instant, son regard scrutateur semblant jauger l'utilité du simple bout de papier. Après une brève réflexion, il la plia soigneusement et la fourra dans la poche de sa veste. Qui sait, il en aurait peut-être besoin dès aujourd'hui.

15 minutes plus tard, Aaron sortait de sa salle de bain sans conviction aucune, le visage endormi, comme traduisant son unique envie de l'instant. Il avait poussé le zèle jusqu'à se raser, ce matin, presque à contre-coeur mais sa barbe avait atteint une limite un peu trop importante. Certes, il n'avait pas fait ça dans les règles de l'art, mais personne ne viendrait s'en plaindre, de toute manière...

La veille, avant de s'endormir lamentablement sur son livre, Aaron avait eu une idée. D'un pas lourd, il s'approcha de la cage à oiseau posée sur commode totalement ensevelie sous des papiers divers et des bouteilles vides, et passe le doigt à travers les barreaux. Une belle chouette au plumage jaune, perchée sur un petite branche, s'éveilla avec la même lenteur que lui et lui jeta un regard assassin. Cuicui - car c'était son nom... - avait été à une époque la chouette de sa fille. Il lui en avait fait cadeau trois mois après son anniversaire, prétextant un oubli et oubliant surtout la phobie de Melissa concernant ces petites bestioles stupides. De ce fait, elle était jusque là restée en sa possession mais Aaron prodiguait certainement moins d'amour qu'une fillette, tout apeurée qu'elle fût, et la chouette n'avait jamais eu l'air de l'aimer vraiment.

- " Tu vas un peu bosser ce matin, feignasse..." marmonna Aaron en ouvrant doucement la cage en cuivre. "Tu vas aller donner ça à Conrad Buckett, il habite Margate, c'est à l'Est de Londres."

Avec des gestes un peu maladroits, Aaron glissa une petite lettre roulée en tube dans l'accroche fixé à la patte de la chouette hostile. C'était une demande qu'il avait hâtivement rédigée pour un ancien camarade de Gryffondor, devenu riche apothicaire en marge de Londres:
"Conrad,
J'aurais besoin de peau de serpent d'arbre du cap, de sangsues, de corne de bicorne en poudre, de chrysopes, de sisymbre (ceuilli à la pleine lune, hein, c'est important), de crins de licorne, de plumes de phénix et d'essence de crabe. C'est pour une potion très, très importante alors fais un effort, s'il-te-plaît. Pour l'argent, rajoute ça sur la note de mon ex-femme.
A.Millers."


Il avait rapidement signé sans se soucier du manque de politesse de sa missive. De toute façon, il n'avait plus vu Buckett depuis la dernière réunion des anciens élèves de Poudlard où il s'était rendu, soit il y a très très longtemps, et son avis ne comptait pas vraiment. Il avait simplement besoin de ces ingrédients... alors il s'activerait, un point c'est tout.

La chouette eut une plainte dérangée lorsqu'il la porta jusqu'à la fenêtre par laquelle il la jeta sans ménagement. L'animal hulula d'indignation, se dégagea de l'abre contre lequel elle s'était plantée et s'envola dignement dans le lointain. Une bonne chose de faite, ainsi Aaron n'aurait pas besoin de faire beaucoup d'effort.

Après un transplanage rondement exécuté, Aaron se retrouva au Ministère de la Magie, là où il pouvait commencer son travail en oubliant quelque peu son désir de devenir Animagus.

--
Aaron mâchonnait sans entrain un sandwich plutôt douteux qu'il venait de prendre à la cafétéria du Ministère. Ca commençait à faire longtemps qu'il n'avait plus d'appétit pour rien et que les aliments avaient un goût de cendres dans sa bouche, mais il ne pouvait décemment pas se priver des précieux nutriments... Le sandwich à peine entamé, Aaron le balança dans la corbeille de son bureau et décroisa ses jambes, posées nonchalament sur son bureau. Un homme circulait entre tous les boxs des Aurors et délivraient, comme chaque jour, les missions confiées par le chef de la brigade à tous ses petits hommes et femmes d'élite. Aaron attendit la sienne, mettant de côté la feuille déchirée du matin, qui lui indiquait encore sous sa salive séchée les noms des ingrédients de la terrible potion. Malheureusement, l'homme passa devant lui, lui jetant un regard navré avant de déclarer d'une voix veloutée:

- " Pas de mission pour vous aujourd'hui, Millers. Toujours pas."

- " Gnagnagna... Toujours pas..." singea Aaron lorsque l'homme se fut éloigné en sifflotant.

Tout de même... Une semaine sans mission sur le terrain et délégué à l'éternel paperasse des rapports à rédiger et à relire... La paye n'allait pas être astronomique ce mois-ci...

L'attention relative d'Aaron fut soudain attirée par les plaintes rauques d'une collègue. Tournant son regard malade vers elle, il la découvrit en train de lire le sujet de sa mission, la mine dégoûtée et visiblement mécontente. Très satisfait que les Aurors qui étaient considérés comme tels aient des missions dégradantes, Aaron s'apprêta à la quitter du regard lorsque, captant son regard, elle gémit:

- " J'y crois pas...!"

Elle attendait une réaction de sa part, visiblement, mais ne voyant rien venir, elle poursuivit:

- " Une mission dans les marais du Sud! Non, mais n'importe quoi, qu'est-ce qu'ils inventent, vraiment! Ils pensent vraiment que Vous-Savez-Qui se planque vraiment dans des marécages grouillants...?!"

Aaron prit une mine blasée qui passa certainement pour de la compassion, puisque la jeune femme hocha la tête d'un air grave.

- " Ah, làlà, ils nous lâcheront vraiment pas..."

Il ne répondit rien et se pencha sur un dossier qu'il avait ressorti d'un tiroir par pur désoeuvrement, donnant ainsi l'air de travailler extrêmement dur, et la jeune femme s'arrêta là, pensant certainement qu'il était trop occupé. Soupirant d'aise, Aaron laissa son regard vague errer un peu partout jusqu'à s'attarder sur sa liste, et il eut une idée soudaine, presque lumineuse... Mais oui, autant faire ça... Il aurait une mission et un ingrédient pour sa potion, si ça marchait comme il le voulait...

- " Hemmm, Green?" appela Aaron avec un sourire très peu convaincant - la jeune femme se tourna vers lui - Moi, je... Ahem... Je peux y aller. Ca me dérange pas."

L'Auror cligna un instant des paupières, proprement stupéfaite, avant de laisser éclater sa joie et son soulagement par unegrande mine ravie. Elle papillonna encore un peu et secoua ses longs cheveux de béatitude - Aaron en eut envie de pleurer de désespoir - avant de lancer:

- " Ah, ça, c'est vraiment très gentil, Millers! Je sais vraiment pas comment vous..."

- " Moi, je sais." coupa Aaron en cessant de sourire.

Devant la mine intriguée de la femme, Aaron consulta sa liste.

- " En me donnant de la peau de serpent d'arbre du cap..."

- " Mais... Je n'en ai pas, c'est extrêmem..."

- " Alors de la corne de bicorne en poudre?"

Elle hocha négativement sa jolie tête blonde, l'air de plus en plus effaré par le comportement d'Aaron.

- " Des chrysopes, alors?" poursuivit Aaron, agacé. "De la sysimbre? Des crins de licorne, plumes de Phénix, essence de crabe..."

- " Aaaaah, attendez!" s'exclama-t-elle en se frappant le front du plat de la main - vachement intuitive, cette petite dame. "Il doit me rester des chrysopes, oui! Mon mari en a eu besoin pour une potion de raffermissement, enfin vous savez ce que c'est...!"

- " ... "

- " N... Non, vous ne savez pas?"

- " Et elle est quand, votre mission, exactement?"

--
Pataugeant dans une boue immonde, transi de froid dans l'humidite obscure des marais, Aaron songeait avec une certaine mélancolie qu'il fallait vraiment être fou pour vouloir devenir Animagus. La jeune donzelle lui avait expliqué tant bien que mal que sa mission consistait simplement à faire un tour du périmètre désigné, pour vérifier s'il n'y avait aucun danger, et Aaron devait s'avouer qu'il était d'accord avec elle sur un point. Si Voldemort devait un jour se cacher, ce ne serait pas dans le trou du cul du monde, complètement paumé dans des marécages grouillant d'ignobles bestioles.

Mais justement, si Aaron avait accepté d'échanger cette superbe mission avec la jeune femme, c'est qu'il pouvait en tirer profit gratuitement, en plus des chrysopes. Après tout, il ne savait pas si Conrard allait vraiment lui envoyer sa commande et il ne coûtait rien d'assurer ses arrières. Aussi, baguette allumée, Aaron cherchait du regard les infâmes sangsues indispensables à sa potion, luttant pour ne pas se laisser ensevelir par le bourbier puant des marais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Millers
Auror, profondément alcoolique & amant caché de la fondatrice...
Auror, profondément alcoolique & amant caché de la fondatrice...
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2008

MessageSujet: Re: [Animagus] Aaron Millers   Sam 12 Avr - 3:43

--
- " Mission accomplie..."

L'Auror Green releva ses yeux pervenche vers la personne qui venait de l'accoster et dut réprimer un sursaut, à grand peine. Aaron Millers se tenait devant son bureau, l'air éminamment en colère, de la boue maculant ses vêtements sur toute la longueur et une partie de ses cheveux et de son visage. Il portait aussi sur les mains énormément de traces rougeâtres, la peau était piquetée par ce qui semblait être de minuscules morsures.

- " Ahh... heu... D-déjà... Mais... Mais que vous est-il arrivé?"

*Grumpf, si tu savais, p'tite keunne.* Si elle avait su, en effet, la jeune femme aurait pu se marrer 5 minutes sur la tronche de déterré qu'il affichait. Il avait faillu batailler pour les avoir, ces foutues sangsues, il devait sentir le marécage à trois cent mètres à la ronde et avait compris au bout d'une heure de crapahutage dans les marais, assez douloureusement, que les sangsues n'aimaient pas trop être capturées. D'où les multiples blessures, le sang séché, la boue sur le visage et l'air constipé.

- " On fait comme on a dit..." grogna Aaron en ignorant sa question. "Vous faites un rapport bidon et on fait 50/50. Les chrysopes?"

Un peu destabilisée par le ton cavalier d'Aaron, Green fouilla maladroitement dans un tiroir de son bureau avant d'en sortir une petite boîte rouge, en bois, hermétiquement close. Elle la tendit à Aaron sans un mot et Aaron la prit tout aussi silencieusement, pressée de rentrer chez lui.

- " Ils sont morts, mais d'assez récemment hein... Et puis heu... Merci..."

Son remerciement, cependant, s'était totalement perdu dans le vide. Aaron avait déjà fait volte-face et se dirigeait vers la sortie en fourrant rageusement la boîte dans sa poche. Même avec la meilleure volonté du monde, il n'arrivait pas à se réjouir d'avoir déjà en sa possession deux des ingrédients de sa potion, et peut-être plus si Conrad lui avait déjà répondu par hibou express.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Animagus] Aaron Millers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Last School - Ou fini la réalité? Ou commence l'illusion? :: 

Ou l'art de se divertir

 :: 
La boite à souvenirs
 :: Ancien LS
-
Sauter vers: